Hetalia World Academy

«  Il n'y a point de génie sans un grain de folie. »
 
FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ada Lovelace
Âge : 23 ans
Club : Club de Littérature
Animal : Un lapin de Hollande: Miffy
Dortoir : Lao Tseu

Devoirs en cours :
① Fête foraine, nous y voilà !
② Examen express !
Devoirs terminés :
① Shopping classieux entre hommes.
② Lettre de papier parfumé.
③ Méthodes anti-stress. [Abandonné]
④ Les apprentis botanistes !
La hollande est une région des Pays-Bas, sachez-le~
avatar
Netherlands
MessageSujet: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Lun 3 Oct - 1:30


Jeudi 18 mars 20XX

Cela faisait bien des siècles que Mogens arpentait les couloirs de l'académie pour suivre les mêmes cours que ses camarades. Ce n'était pas un élève chahuteur, bien au contraire! Son calme et son sérieux plaisaient aux professeurs, et même aux autres nations qui, en cas de problème -et surtout absence d'Allemagne- pouvaient venir lui demander de l'aide. D'un naturel serviable, contre quelques pièces bien entendu, il ne refusait jamais et son perfectionnisme faisait la joie des plus travailleur, cherchant sans cesse de bons résultats. Le Néerlandais entretenait de bonne relation mais n'avait pas énormément d'amis pour autant. Mais s'il y a bien une personne dont il s'était rapproché récemment, il s'agissait d'Autriche.

À première vu, rien ne les rapprochait hormis le fait que ce soit deux germaniques. Mais de fil en aiguille et avec une touche de hasard, une relation amicale était née de leurs différences. Certes, Pays-Bas n'était pas très expressif et semblait parfois lassé du caractère particulièrement ronchon de l'Autrichien, mais avouait volontiers que sa compagnie était agréable. Derrière ses airs d'homme de la cour et ses manies d'aristocrates se cachait quelqu'un de cultivé et dont, une fois lancé, la conversation s'avérait fort intéressante ! ...Si on retire les propos indélicats expliquant, non sans grandes politesses malgré tout, que la majorité des élèves de l'académie sont des idiots.

Depuis quelques mois, leur chemin se croisait de plus en plus et il n'était pas tableau rare que de les voir ensemble, seuls, ou dans un groupe d'élèves. Les nations les plus curieuses avaient déjà imaginé une tendre romance autour de leur pause café quotidienne, celle où ils se retrouvaient seuls, en tête-à-tête. Mais il n'en était rien. Mogens ne voyait en lui rien de plus qu'un nouvel ami, un sentiment partagé par les deux individus. Du moins, Pays-Bas n'avait aucunement l'impression que l'amateur de Chopin éprouvait le moindre sentiments amoureux à son égard.

Malheureusement, ces derniers jours, le comportement du musicien avait changé. Il semblait plus distant et lui lançait des regards perplexes. Avait-il fait quelque chose de mal ? Dis quelque chose qu'il n'aurait pas dû lors d'une précédentes conversation ? Ou alors... Une rumeur parcourait-elle les couloirs de l'académie ?! Très franchement, Pays-Bas espérait que ce ne soit pas le cas. Avec les spécimens qui y traînent, elle serait rapidement déformée, extrapolée et tous les élèves seraient au courant. À moins que ce ne soit déjà le cas ?

Dans un cas comme celui-ci, que devait-il faire ? Le plus intelligent serait d'aller lui parler, les choses se régleraient alors rapidement d'elles-mêmes. Mais en grand pessimiste qu'il est, Mogens avait le sentiment que ce n'était pas le moment, ou bien que ce n'était pas sa tâche que de faire le premier pas. Stressante. Cette situation était stressante. De plus, cette angoisse s'avérait certainement inutile. Après tout, peut-être que l'Autrichien se renfermait, car quelque le tourmentait ? Quand bien même bien, n'était-ce pas son rôle d'ami que d'aller discuter avec lui s'il avait de la peine ? Quoi qu'il en soit, cela avait un rapport avec lui, le Néerlandais en était certain !

Il suffit. S'il avait son numéro de téléphone, ce n'était pas pour rien ! Décidé à éclairer sa lanterne, le grand blond sortit son appareil et se mit à rédiger un message.
"Retrouve-moi demain soir à 18h dans le parc. Il faut qu'on parle."

Autriche & Netherlands | 609 mots


Dernière édition par Netherlands le Mar 25 Oct - 13:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Schrödinger
Âge : 24 ans
Club : Club de musique
Dortoir : Vincent van Gogh

Devoirs en cours : • Professeur particulier cherche élève particulière (Ft Belgique)

Devoirs terminés : • Été 2016 : Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Ft Islande)
• Lettre de papier parfumé (Ft Pays-Bas)
avatar
Autriche
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Ven 14 Oct - 4:26

Lettre de papier parfumé

[Autriche - Pays-Bas]
Lettre de papier parfumé

Lundi 15 mars 20XX


La journée de cours avait été longue et éprouvante, le premier jour de reprise après le week-end semblait toujours le pire, on avait à peine eu le temps de récupérer de la semaine qu'une nouvelle commençait sans attendre, aucun moyen de profiter pleinement de ces petits jours de congé, surtout quand on était Autrichien et qu'on avait régulièrement besoin de se reposer après quelques efforts. C'était un comble surtout lui qui préférait priorisé les activités récréatives aux cours qui lui semblaient interminables. Il savait pertinemment qu'il allait avoir une pile monstre de devoirs à rendre pour les jours qui allaient suivre, le train-train quotidien en somme.

Il se rendit lentement, le pas presque traînant aux casiers pour prendre les affaires dont il avait besoin pour pouvoir travailler dans le calme en salle d'étude, il savait que les endroits de détente allaient être bondé de nations fatiguées, Autriche n'avait pas spécialement envie de continuer à étudier après la journée passée, mais ayant encore moins envie de se retrouver au milieu de personnes plaintives et bruyantes, cela ne lui laissait pas réellement le choix.

Il arriva enfin devant les grands boîtiers de métal, il fixa un instant un petit bout de papier qui dépassait du sien. Qu'est-ce que c'était que ça ? Aurait-il mal mis ses affaires au point qu'une de ses feuilles de cours s'était glissée hors de son classeur ?

Il ouvrit donc la porte de son espace de rangement scolaire. Bon, il doit avouer que ce n'est pas l'endroit le mieux ranger de la planète, les fardes et les classeurs étaient un peu disposés comme ils étaient venus ou utilisés, certains bien calés au fond dans un coin, d'autres beaucoup moins bien mis, posés contre les bords ou en oblique.

Dès que le casier fut ouvert, la feuille tomba à terre à cause du mouvement, il se pencha donc pour la ramasser et prit un temps pour l'observer. C'était une lettre pliée soigneusement en trois. Qui pouvait avoir l'idée de lui écrire ainsi alors que c'était sûrement quelqu'un qui pouvait le croiser simplement dans les couloirs et parler avec lui ? Hm. Quoique en fait, une lettre n'est pas si mal suivant qui l'a écrite. Il l'ouvrit pour découvrir ce que ce bout de papier avait à dire.






Il resta figé un long moment devant cette déclaration. Une nuée de questions lui emplit l'esprit : qui, pourquoi, comment, où ? Tout d'abord, il crut que c'était un erreur, sûrement une lettre adressée à quelqu'un d'autre, mais l'auteur évoquait beaucoup trop la musique pour que ce soit un hasard malheureusement.

Il se demandait d'ailleurs plus intensément qui avait bien pu être cet auteur en question, il se pencha alors sur la signature "MJ".. "MJ" ? Il n'était pas spécialement proche de beaucoup de personnes et donc pouvait lister facilement les initiaux des noms et prénoms humains de ses amis, de ce fait, il trouva rapidement quelqu'un pouvant correspondre. Mais ce n'était pas possible que ce soit cette personne-là, inconcevable même. La seule nation de son entourage qui correspondait c'était Pays-Bas, mais cela lui semblait ridicule. Ils avaient déjà discuté mainte et mainte fois de ce que pouvaient penser les autres, ou plutôt de ce que fabulaient les autres, arrivant à la même conclusion à chaque fois, leur relation était amicale, rien de plus.

Surtout que le Néerlandais avait déjà une relation en cours. Tout cela était absurde. Et puis, ce poème sonnait mal à certains endroits, il était de bien piètre qualité, alors qu'il savait de sources sûres que Pays-Bas appréciait la poésie. Un homme aussi maniaque et carré ne pouvait pas se déclarer avec aussi peu d'éloquence, de jeu dans les mots, de recherches. Ca ressemblait à une mauvaise blague.

Mais.. Et si c'était vrai ? C'était difficile à croire, mais le risque était toujours là, bien que minime. Par pure précaution, il allait prendre ses distances pour les quelques jours qui allaient suivre, cela ferait sûrement réagir le Néerlandais, c'était la solution qui lui sembla la meilleure sur le moment.




Vendredi 19 mars 20XX


Quelques jours s'étaient écoulés depuis cet incident, il avait esquivé quelque peu son comparse de café, mais il avait gardé en tête que c'était un mal pour un bien.

Son intuition du début de semaine s'avéra juste, en restant éloigné, il avait réussi à faire réagir l'autre Germanique si bien que la veille, il avait reçu un message lui donnant rendez-vous à 18 heures dans le parc de l'académie, un rendez-vous qui devait avoir lieu le jour-même. Ce week-end-ci, allait-il être à nouveau peu reposant ?

Qu'importe, les cours avait fini depuis quelques heures maintenant, l'heure fatidique allait bientôt arriver. Il n'avait pas à préparer grand chose en soi, il prit juste la lettre avant de sortir de son dortoir pour se rendre directement au parc. Il aperçut au loin le Néerlandais qui était là en avance, à moins que ce ne soit lui qui était en retard ? Quelle importance, les heures fixes et les rendez-vous, cela n'a jamais été son fort et de toute manière, c'est le monde qui allait trop vite et non lui qui était trop lent.

Lorsqu'il fut assez proche pour pouvoir être entendu sans forcément hausser trop la voix, il parla :

- Bonsoir.

Etrangement, cela lui paru difficile d'entamer plus que ça la conversation, l'ambiance était un peu étrange et ne sachant pas comment cela allait tourner, il n'osa rien dire de plus avant d'avoir une réponse de son interlocuteur.




Dernière édition par Autriche le Mar 18 Oct - 6:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 23 ans
Club : Club de Littérature
Animal : Un lapin de Hollande: Miffy
Dortoir : Lao Tseu

Devoirs en cours :
① Fête foraine, nous y voilà !
② Examen express !
Devoirs terminés :
① Shopping classieux entre hommes.
② Lettre de papier parfumé.
③ Méthodes anti-stress. [Abandonné]
④ Les apprentis botanistes !
La hollande est une région des Pays-Bas, sachez-le~
avatar
Netherlands
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Ven 14 Oct - 6:04

Vendredi 19 Mars 20XX

Les heures s'écoulaient lentement. Cette journée semblait interminable. Alors que tous les élèves papillonnaient de bonheur à l'idée d'être en week-end, Mogens, lui, se montrait préoccupé. Effectivement, le vol ainsi que le chant des oiseaux était tout de suite bien plus intéressant et relaxant que le cours de Mathématiques qui avait lieu. De toute manière, calculer des pourcentages était pour ce grand avare une tâche si quotidienne qu'elle n'en était que plus aisée. En revanche, ce qu'il maîtrisait moins bien, c'était les relations sociales. Encore une fois, son stress ne venait pas de nulle part, mais des événements récents. Cette histoire avec Autriche ne le laissait pas du tout indifférent. Franchement, que pouvait-il bien se passer ? Oui, encore la même question qui revenait en boucle. Le Néerlandais avait retourné la question dans tous les sens mais rien n'y faisait. Néanmoins, la fameuse réponse allait être dévoilée ce soir, à 18 heure, juste après ce long cours.

Un petit quart d'heure avant 17 heure, la cloche qui annonçait la fin de semaine se mit à retentir, pour le plaisir du plus grand nombre, qui se dirigeait déjà vers les casiers. Pays-Bas suivi la masse et une fois devant les placards d'acier, entra son code et se saisi de tout ce dont il avait besoin pour regagner une salle, dans le but de travailler ses devoirs de week-end. Dans un cas comme celui-ci, son côté bosseur lui apportait une aide bien mérité : celle de lui occuper l'esprit avant l'heure fatidique. Littérature, science et un peu de biologie ne pouvaient pas lui faire de mal. C'est alors, une fois le tout bien avancé, que son téléphone vibra à côté de lui. Une alarme paramétrée au préalable se fit remarquer. Il était temps.

Après un rapide détour par les dortoirs et les casiers pour ranger à la bonne place chacune de ses affaires, Mogens pût se diriger vers le parc, auquel il arriva, comme à son habitude avec cinq minutes d'avance. Il ne lui restait plus qu'à patienter, le temps que l'Autrichien arrive. Celui-ci avait répondu positivement à son message de la veille, sans pour autant y mettre des formes. Un simple "ok" aurait suffis à remplacer ledit sms, mais au moins, il montrerait le bout de son nez.

Dix minutes, quinze minutes, mais toujours personne. Certes Autriche marchait à vitesse croisière, mais à cet instant précis, Pays-Bas avait plus l'impression qu'il lui avait posé un lapin. -Certes il les adorait, mais ce n'était pas le moment!- Qu'est-ce qu'il avait à cacher pour lui faire ce coup-là ? C'était un homme de parole, normalement!

« - Bonsoir. »

Perdu dans ses pensées, à imaginer les scenari les plus abracadabrantesques, il ne vit pas tout de suite que son fameux partenaire l'avait finalement rejoint quelques minutes après sa courte panique. Sa voix le fit directement revenir sur terre. Il le salua en retour. L'ambiance était oppressante. Le seul moyen que trouva le Néerlandais pour rompre ce malaise fut de délicatement prendre le papier qu'on lui tendait. Était-ce une lettre qui lui était destinée ? Roderich n'oserait-il pas lui dire quelque chose en face ? Il lit alors ce mystérieux message, qui s'avérait être un poème. Au fur et à mesure de sa lecture, ses sourcils se froncèrent.

Ah.
Ah ?
AH ?!
PARDON ?! ÉTAIT-CE UNE DÉCLARATION ?! Il releva la tête vers son ami, une grimace plaquée sur le visage. Ce ne pouvait pas être ça ! Perdu, Mogens entama une relecture, c'est ainsi qu' il vit ce qu'il avait loupé la première fois : des initiales en guise de signature. Ses initiales ! Soudainement, tout s'avéra clair. Il comprit tout. Enfin. Sa pression se relâcha doucement...

« - Je comprends mieux. Je n'ai pas écrit ces lignes... »

Alors qu'il cherchait une explication, il glissa lentement sa fidèle pipe jusqu'à ses lèvres. Il en avait bien besoin ! Si l'auteur n'était pas lui, alors qui était-ce ? Un petit malin ? Un ennemi commun ? Honnêtement, tout était très flou et cette écriture lui était totalement inconnue.

« - On devrait trouver l'auteur, hm ? »

Car il était important de régler cette histoire avant qu'elle n'aille trop loin. Et que le coupable méritait une sévère correction. Quel soulagement de savoir que l'Autrichien n'avait finalement rien contre lui.

Désormais, à lui de jouer. Avait-il des hypothèses à lui proposer ? Des idées ? Ou même un plan diabolique dans l'optique de capturer l'auteur du poème ? Mogens était tout ouïe.

Autriche & Netherlands | 777 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Schrödinger
Âge : 24 ans
Club : Club de musique
Dortoir : Vincent van Gogh

Devoirs en cours : • Professeur particulier cherche élève particulière (Ft Belgique)

Devoirs terminés : • Été 2016 : Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Ft Islande)
• Lettre de papier parfumé (Ft Pays-Bas)
avatar
Autriche
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Mar 18 Oct - 8:24

Lettre de papier parfumé

[Autriche - Pays-Bas]
Lettre de papier parfumé



Il remarqua que quelque chose clochait alors que le Néerlandais lisait la lettre après la lui avoir prise des mains, c'était dans son expression faciale. Une pensée avait l'air de lui troubler l'esprit, comme si ce qu'il lisait lui était totalement étranger, voire étrange tout court, ce qui confortait Autriche dans son idée, la personne qui était face à lui en ce moment-même n'était pas l'auteur de ce poème. Il croisa les bras, un peu plus confiant mais attendant tout de même le verdict définitif.

C'est à cet instant que Pays-Bas leva la tête du bout de papier pour le dévisager. ... Qu'est-ce qu'il allait imaginer ?! Qu'il n'aille pas penser que c'était lui qui avait écrit ça ! Comment aurait-il pu faire une chose pareille ?! Lui, qui ne sait que difficilement s'exprimer à travers autre chose que la musique, il irait se déclarer d'une telle manière ? Avec si peu de poésie, alors que c'était un poème, ce serait un comble ! Qui plus est, se déclarer à un homme ?! Très peu pour lui, ce n'était pas du tout son genre. Il ouvrit la bouche pour défendre sa cause, mais malgré une relecture, son interlocuteur fut plus rapide que lui pour prendre la parole.

- Je comprends mieux. Je n'ai pas écrit ces lignes..., il marqua une pause. On devrait trouver l'auteur, hm ?

Ces quelques paroles suffirent à l'Autrichien pour sentir la boule qui s'était créée dans son estomac rapidement s'estomper, c'était comme un poids en moins, il était soulagé. D'un côté, il avait la confirmation que c'était une vulgaire blague et d'un autre, son ami ne lui lançait plus ce regard étrange qui semblait empli de doutes. Non pas qu'il n'avait pas d'arguments pour que cette idée s'évanouisse tout aussi vite qu'elle était venue, mais rien qu'imaginer la situation lui semblait bizarre, tant elle était en contradiction avec sa propre façon d'être.

Très vite, il oublia cette mauvaise pensée pour se concentrer sur leur 'mission', il fallait en effet découvrir qui avait essayé de se payer leur tête. La solution la plus simple était de lister les coupables potentiels. Ce n'était pas une mince affaire, car cela lui semblait évident que le responsable pouvait en vouloir à l'un sans en vouloir à l'autre mais le comptant la personne non visée comme une victime collatérale, ou bien dans le pire des cas, en avoir à eux deux. Il prit un instant de réflexion avant de dire quoi que soit.

- Sans trop y penser, comme ça, je ne vois que Prusse qui ait réellement les moyens et surtout l'envie d'en faire autant pour importuner les gens autour de lui. Mais je n'ai pas l'impression que son écriture corresponde vraiment avec celle de la lettre.

Il garda pour lui-même que de plus, Prusse était trop bête pour écrire des poèmes, même ceux d'aussi mauvaises qualités, mais rien ne lui disait qu'il n'avait pas reçu de l'aide, car le groupe des trois idiots traînaient toujours ensemble pour faire tout et n'importe quoi, mais particulièrement l'enquiquiner.

- Il y a une autre possibilité qui correspondrait toujours. Peut-être que Prusse n'était pas seul, mais accompagné de France ou, voire et, Espagne.

Tout ça lui semblait un peu plus logique que juste Prusse. De plus, il avait eu vent d'une certaine mauvaise entente entre le Néerlandais et l'Espagnol. Peut-être que finalement cela se résumait à ça ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 23 ans
Club : Club de Littérature
Animal : Un lapin de Hollande: Miffy
Dortoir : Lao Tseu

Devoirs en cours :
① Fête foraine, nous y voilà !
② Examen express !
Devoirs terminés :
① Shopping classieux entre hommes.
② Lettre de papier parfumé.
③ Méthodes anti-stress. [Abandonné]
④ Les apprentis botanistes !
La hollande est une région des Pays-Bas, sachez-le~
avatar
Netherlands
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Mer 19 Oct - 19:01

Il était ainsi temps pour les deux européens de mener l'enquête, à la recherche de l'auteur du mystérieux poème romantique. Qui avait bien pu l'écrire au final ? Difficile pour le Néerlandais de trouver des coupables potentiels. Du moins, ces ennemis n'avaient aucune raison de l'attaque ces derniers temps. Il n'avait commis aucun crime, quel qu'il soit, ni embêter quelqu'un. Ce n'était d'ailleurs pas du tout son genre. Il faisait sa vie à l'académie, tranquillement, sans se soucier du reste.

Forte heureusement, Autriche en face de lui, semblait avoir une piste. Un certain Prussien bien connu. Il est vrai que c'était un jeune homme qui avait comme fétiche de beaucoup embêter le brun, allant même dans l'extrême certaines fois. Était-ce encore l'une de ses fantaisies ? Vu l'énergumène, ce n'était pas impossible, mais comme le précisait si bien le jeune homme, l'écriture ne semblait pas du tout correspondre. Quelqu'un l'avait peut-être aidé ? Mais qui ? Et pourquoi ? Il faudrait que ce soit une personne qui avait une dent contre l'Autrichien ou le Néerlandais.

« - Il y a une autre possibilité qui correspondrait toujours. Peut-être que Prusse n'était pas seul, mais accompagné de France ou, voire et, Espagne. »

Espagne. Le mot qu'il ne fallait pas dire. Ou peut-être que si finalement. Voilà un complice tout trouvé. S'il y avait bien une personne que Pays-Bas ne pouvait pas voir, il s'agissait de lui. Les deux jeunes hommes étaient totalement incompatibles, ce qui bloquait totalement le Néerlandais. L'Espagnol et sa paresse lui était si insupportable que faire la moindre activité avec lui était source de conflit. Uniquement de son côté en tout cas. Qu'importe ! Il avait une raison de plus de le secouer et une excuse pour s'énerver rien qu'en le voyant.

Malgré une envie d'aller lui faire sa fête dans l'immédiat, il leur fallait des preuves. Et des preuves solides ! Dans un cas comme celui-ci, ils devaient alors aller vérifier l'écriture. Que prendre en comparatif ? Pays-Bas ne se baladait pas avec le cahier d'un autre élève avec lui et ne possédait rien de la sorte. Alors que faire ? Demander à quelqu'un de proche comme Italie du Sud ? Ou chercher et trouver par soi-même à l'aide de la force ? La seconde option était ce qu'il y avait de plus rapide. Car vu l'heure tardive, presque aucun élève ne se promenait encore en extérieur. Pays-Bas pouvait aller forcer le casier de l'Espagnol -pour le plaisir- sans se faire prendre. Ce n'est pas ce cher Autriche qui allait le dénoncer, de toute manière!

« - On peut directement vérifier. Allons à leurs casiers. »

Sans attendre une quelconque réponse, le Néerlandais se mit en route pour lesdites boîtes de rangement en acier. Il n'avait ni pied-de-biche, ni outil de grand banditisme, mais une détermination de fer ! Quel que soit le moyen, il réussirait à les ouvrir, même s'il doit y mettre de la poigne.

Étant donné sa grande vitesse, il arriva le premier sur les lieux, en espérant que son ami l'ai suivi. Pays-Bas n'avait plus qu'à se souvenir où se trouvait le casier d'Espagne. Balayant du regard tout ce qu'il y avait devant lui, ses yeux se posèrent sur un autocollant. Malgré le peu de lumière aux alentours, il devina que celui-ci était rouge. Bingo ! Une tomate ! Le pourcentage de chance pour que la porte où était collé ce vieux stickers appartiennent à l'Espagnol avoisinait les 80%. Mogens approcha à grands pas et analysa sa cible. Elle ne semblait même pas verrouiller ! Ce mec l'énervait au plus haut point. Qui oublierait de fermer son casier à part lui, franchement ? Rien que pour déverser son début de colère, la porte du casier se pris un violent coup de poing, ce qui l'a fit s'ouvrir. Hah. Que demande le peuple ?

Désormais, il n'avait plus qu'à attendre l'arrivée de l'Autrichien, à qui il avait rendu la lettre. Sans elle, impossible de comparer les écritures. Bien que, à vue d'oeil, elle ne correspondait pas du tout au peu de ce qu'il pouvait voir sur les diverses feuilles volantes qui encombrait l'espace de rangement. Il en était quasiment certain : ce n'était pas lui.

... Dommage.

Autriche & Netherlands | 746 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Schrödinger
Âge : 24 ans
Club : Club de musique
Dortoir : Vincent van Gogh

Devoirs en cours : • Professeur particulier cherche élève particulière (Ft Belgique)

Devoirs terminés : • Été 2016 : Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Ft Islande)
• Lettre de papier parfumé (Ft Pays-Bas)
avatar
Autriche
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Lun 24 Oct - 17:06

Lettre de papier parfumé

[Autriche - Pays-Bas]
Lettre de papier parfumé



Autriche resta silencieux alors que le Néerlandais semblait plongé dans ses pensées avec une certaine grimace sur le visage, avait-il dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? Peut-être était-ce une mauvaise idée de citer l'Espagnol ? Il avait l'habitude de fréquenter des gens un peu intimidant, mais pour autant il n'avait pas envie de subir la mauvaise humeur ou la colère de quelqu'un dans ce genre.

- On peut directement vérifier. Allons à leurs casiers.

Il fut sorti de ses pensées par cette phrase, en relevant la tête, il vit s'éloigner son ami à toute vitesse. Pardon ? Où est-ce qu'il allait ? Aux casiers ? Eh ? Mais.. ! Qu'il l'attende ! Il essaya de suivre le rythme, mais cela était réellement impossible ! C'est facile d'aller aussi vite quand on a le physique du Néerlandais, il est grand, donc il a de grandes jambes et il est musclé ! Il est fou d'aller à cette vitesse, jamais l'Autrichien ne pourrait le suivre, il s'arrêta un instant, les mains sur les genoux, légèrement plié en deux le temps de reprendre son souffle.

Heureusement, il savait où il devait se rendre et l'endroit n'était pas trop dur à trouver même pour lui. Il entra dans le couloir, et alors qu'il commençait à rechercher l'autre nation, il entendit un grand bruit métallique. Qu'est-ce que c'était ?!  Il prit d'abord un peu peur, peut-être était-ce un professeur ? Mais l'idée lui sembla rapidement absurde, pourquoi est-ce qu'un membre du corps enseignant ferait un bruit de métal ? Cela devait être Pays-Bas qui devait faire quelque chose, il se dirigea vers l'endroit d'où venait le son. Il le vit alors devait un casier qui était ouvert et.. légèrement plié ? C'était donc ça ce bruit.. Si jamais ils se faisaient prendre, il refusera de payer pour les dégâts.

En se rapprochant, il sortit la lettre de sa poche pour pouvoir comparer les écritures avec celle d'une des feuilles, il inspecta un instant mais rien qu'au premier coup d'œil, on voyait que cela ne correspondait pas du tout.

- Ce n'est pas lui, dit-il en se tournant vers lui, vous aviez vraiment besoin de faire des dommages ?

Il soupira légèrement, il fallait maintenant enquêter quelque part d'autre.

- On pourrait aller vérifier dans les affaires de Prusse maintenant. Et essayez d'arranger ce casier aussi.

Bien, maintenant que c'était fait, il pouvait se mettre en route vers là où se trouve la boîte d'acier du Prussien. ... C'est par où ? Hmm.. Sûrement plus loin dans le couloir, il avait le vague souvenir qu'il se trouvait par là. Il marcha donc dans cette direction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 23 ans
Club : Club de Littérature
Animal : Un lapin de Hollande: Miffy
Dortoir : Lao Tseu

Devoirs en cours :
① Fête foraine, nous y voilà !
② Examen express !
Devoirs terminés :
① Shopping classieux entre hommes.
② Lettre de papier parfumé.
③ Méthodes anti-stress. [Abandonné]
④ Les apprentis botanistes !
La hollande est une région des Pays-Bas, sachez-le~
avatar
Netherlands
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Lun 24 Oct - 21:07

L'Autrichien, arrivé un peu plus tard, présenta la petite lettre en papier plié. La différence d'écriture était claire, ce n'était pas Antonio qui avait écrit ce poème. En même temps, la passion et l'été étaient totalement absents de ces lignes, impossible que ce soit lui. Malheureusement pour Pays-Bas, ils devaient changer de cible. Effectivement, voilà qu'il avait une occasion rêvée, une occasion en or, pour lui secouer les plumes ! Et il était passé à côté. Dommage. Vraiment dommage ! Ce n'est pas comme s'il voulait du mal à l'Espagnol, mais ils étaient tant comme chiens et chats, tant incompatibles, que le moindre moment pour lui rappeler qu'ils soient des pôles opposés, était bienvenue.

« - On pourrait aller vérifier dans les affaires de Prusse maintenant. Et essayez d'arranger ce casier aussi. »

Le casier abîmé ? Voyons.. Ce n'était pas lui, personne ne le saura de toute manière! Autriche n'allait pas le dénoncer, si ? Le Néerlandais lui faisait confiance, là-dessus. Ensuite, ce n'était pas la priorité! Ils devaient fouiller les affaires du germanique albinos. Honnêtement, Pays-Bas le voyait mal écrire un poème, quel qu'il soit, mais s'il s'en référait aux dires de son ami, le jeune homme était capable d'en faire beaucoup pour enquiquiner les autres. Et par ailleurs, ils en avaient déjà fait les frais. Plus d'une fois, même!

Alors que Mogens se dirigeait déjà vers le prochain casier à ouvrir de force, son compagnon marchait, en plein doute, dans la direction opposée. Il soupira devant cette action avant de le tirer avec lui par le col. Cet homme n'avait vraiment aucun sens de l'orientation. À ce point, cela en devenait dangereux! Mais soit. Ils arrivèrent entier devant le casier du concerné. Pour lui, le trouver était un véritable jeu d'enfant. Pourquoi ? Parce que, pour son plus grand désespoir, il partageait sa ranger avec sa classe, et donc : Prusse. Par chance, il n'y avait encore jamais eu d'accident. Pas de livre en feu ou de pétards dans son compartiment. Le Néerlandais pouvait s'avérer heureux !

Désormais, il ne lui restait qu'à ouvrir la fameuse boîte métallique. Boîte qui était protégée par un code. Que pouvait-il bien être ? Voyons... L'albinos est si égocentrique qu'il a forcément mit quelque chose qui le concerne ! Lui ou peut-être son petit-ami. Quelque chose comme une date ? Mogens n'avait aucune idée de la date à laquelle il avait commencé à sortir avec l'Italien et il s'en fichait sérieusement. Pourquoi ne pas essayer la date de naissance de l'un et l'autre ? La première qu'il connaisse était celle de Romano, mais le cadenas ne s'ouvrit pas quand il l'entra. Essayons alors celle de Gilbert ! Réflexion... Réflexion... Hah ! Il l'a tiens ! Clic. Le casier était maintenant libre d'accès. Parfait !

Il ne restait plus qu'à comparer, une nouvelle fois, les écritures. Le casier du Prussien était parfaitement rangé, il prit délicatement le premier classeur venu et l'ouvrit, présentant alors les feuilles qu'il contient à son acolyte.

« - Verdict ? »

Après quelques secondes à regarder les typographies avec précision, pour lui, aucun doute possible. Ce n'était toujours pas le coupable.

Autriche & Netherlands | 549 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Schrödinger
Âge : 24 ans
Club : Club de musique
Dortoir : Vincent van Gogh

Devoirs en cours : • Professeur particulier cherche élève particulière (Ft Belgique)

Devoirs terminés : • Été 2016 : Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Ft Islande)
• Lettre de papier parfumé (Ft Pays-Bas)
avatar
Autriche
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Mar 25 Oct - 16:09

Lettre de papier parfumé

[Autriche - Pays-Bas]
Lettre de papier parfumé


Il réfléchit un moment en marchant, si ce n'était pas l'Espagnol, c'était forcément le Prussien, c'est ce qui lui avait paru le plus logique de base. Espagne était trop niais et gentil pour faire un coup pareil, et puis même, il aurait écrit quelque chose dans un autre style, il fallait être plus fourbe pour pondre un truc pareil. Il fallait être Prussien en somme. Ce genre d'imbécillités, c'était vraiment typiquement son genre.

Il fut sorti de ses pensées en se faisant tirer en arrière par le vetement, il tourna rapidement la tête pour voir que le Néerlandais le traîner dans l'autre sens. Ah. C'était trompé de chemin, c'est ça ? Comme marcher en arrière est plutôt difficile, surtout pour lui qui n'était pas très fort en marche, et qu'il n'a pas envie de retrouver son haut totalement détendu par la tension, donc il se remit dans le bon sens de marche avant de le suivre.

Ils arrivèrent rapidement devant le casier du germanique, Pays-Bas sembla directement se lancer dans son ouverture, Autriche le laissa donc faire en l'observant, un peu en retrait. Il le vit tenter une date qu'il ne connaissait pas trop, elle lui disait quelque chose mais il pourrait pas remettre le nom dessus. Si le Néerlandais avait pensé comme lui, cela devait être une date importante pour Prusse, car en toute logique, ce dernier avait sûrement dû choisir un code qui avait un rapport avec lui, au vu du phénomène que c'est et de son égocentrisme exacerbé. Il sembla ensuite tenter la date d'anniversaire du propriétaire, un léger bruit se fit entendre, le cadenas était ouvert. Pourquoi est-ce que cela ne l'étonnait même pas ?

Le Néerlandais prit un des classeurs pour l'ouvrir et trouver une note manuscrite, Autriche zieuta en biais tout en ouvrant la lettre pour vérifier si cela correspondait. ... Définitivement non, les écritures n'avaient rien à voir entre elles. C'était encore raté, mais le Prussien paraissait tellement coupable pourtant.

- Ce n'est toujours pas lui, dit-il en ravalant un 'malheureusement'.

Maintenant qu'ils avaient éliminé deux suspects, la liste s'amoindrissait et la dernière personne dont le casier restait à vérifier semblait un peu absurde comme coupable. Clairement, il n'appréciait pas France, mais delà à le penser capable de faire une chose pareille. Il était plus du genre à faire des coups bien en face des gens, ou alors ne pas être assez discret pour arriver à aller au bout de son idiotie. Comme il ne restait que lui à vérifier, autant le faire, même s'il n'y avait que peu de chances qu'il soit l'écrivain de ce poème.

- Allons voir celui de France.

Il se mit en route, heureusement pour lui, il se souvenait clairement, pour une fois, d'où se trouvait son casier, ils avaient été dans la même classe l'année précédente et, à l'inverse de l'Autrichien, le Français n'en avait pas changé.

Tout en marchant, à une vitesse raisonnable, il se demandait qui d'autre aurait pu écrire cette lettre. Si ce n'était pas le trio maudit, il n'avait vraiment pas d'idée de qui aurait été capable de faire ça. Évidemment, tout le monde avait le moyen de le faire, mais peu de gens en avait envie ou la possibilité. Il finit par arriver lentement devant le casier du Français, qui était fermé comme le précédant par un code. Peut-être que ce serait à nouveau une date importante pour lui, mais ce sera sûrement moins simple.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 23 ans
Club : Club de Littérature
Animal : Un lapin de Hollande: Miffy
Dortoir : Lao Tseu

Devoirs en cours :
① Fête foraine, nous y voilà !
② Examen express !
Devoirs terminés :
① Shopping classieux entre hommes.
② Lettre de papier parfumé.
③ Méthodes anti-stress. [Abandonné]
④ Les apprentis botanistes !
La hollande est une région des Pays-Bas, sachez-le~
avatar
Netherlands
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Mar 25 Oct - 17:46

Toujours pas. Ce n'était toujours pas le bon coupable ! Pourtant, Prusse semblait la cible idéale! Mais les faits étaient les faits, son écriture n'avait rien à voir avec celle du poème. Elle était beaucoup moins délicate et même la taille des lettres n'étaient pas semblable. Alors qui avait écrit ces vers ? En repensant à la précèdente conversation qu'ils avaient eu, il ne restait qu'une personne susceptible d'avoir déposé le morceau de papier dans le casier d'Autriche, et il s'agissait de France.

Mais pourquoi aurait-il fait ça ? Il en avait après l'Autrichien ? Ou encore cette vieille rancune à cause de cette histoire avec Belgique ? Pays-Bas avait pourtant beaucoup parlé avec le Français, et ils n'étaient plus du tout en froid, au contraire, les deux jeunes hommes avaient même fait quelques activités ensemble au sein de l'établissement. Étrange, vraiment étrange. Le Néerlandais n'y croyait pas. Ce ne pouvait pas être lui ! Bon. Il ne perdait rien à vérifier. De toute manière, son acolyte semblait déjà parti !

Pour une fois, il avait trouvé son chemin. Que se passait-il ? Rendez-lui Autriche ! Il venait de trouver le casier de France du premier coup, incroyable! Cette soirée était vraiment pleine de surprises. Maintenant, voilà qu'ils devaient recommencer leur petit jeu : celui de trouver le code du cadenas. Sauf que cette fois, il n'avait aucune idée de ce que cela pouvait être. Dans le doute, il testa le peu de date importante française qu'il connaissait. Mais aucune d'entre-elles n'avaient fonctionnées. Forcer l'ouverture lui causerait des problèmes importants, ainsi : pas le choix, il devait trouver le code, pendant que bien sûr, Autriche, attendait que les choses se fassent. Voilà qui lui rappelait une certaine histoire de toit, de porte fermée et de carte de fidélité détruite...

Après multiples essaies, le cadenas n'était toujours pas ouvert. Plus le choix, il devait tester les 9999 combinaisons une par une. Pays-Bas souffla.

« - Il y a intérêt à c'que ce soit lui. »

Un regard à droite, un regard à gauche, personne ? Bien ! Autriche n'avait qu'à faire le guet, lui, allait devoir ouvrir ce foutu casier ! Minutes après minutes, combinaisons après combinaisons, le Néerlandais perdait sa patience. Énormément. Tout ça pour une histoire de poème d'amour en carton! Si ce n'est pas France, il balance les boîtes métalliques à travers l'allée.
Alors que tout était de plus en plus long et agaçant, le cadenas se débloqua d'un coup, d'un seul ! Libération !

Sans perdre plus de temps et énervé par la situation, Pays-Bas fouilla le casier à la recherche d'une note manuscrite quelconque. Bingo ! Les prises de notes d'un cours de langue, parfait ! Et... que. QUOI ?! En plein doute, il approcha rapidement de son ami pour relire la lettre, lui présentant en même temps ce qu'il venait de trouver. L'écriture.. elle correspondait! Elle correspondait totalement! Il n'y croyait pas. Pourquoi France avait-il fait ça ? Ça n'avait aucun sens ! La seule solution que Pays-Bas voyait là-dedans, c'est qu'il en avait après Autriche, et pas après lui. Ou alors, il y avait anguille sous roche. Peut-être n'était pas au courant de quelque chose ?

« - C'est bien France.. »

Incompréhensible pour lui. Pourquoi eux ? Pourquoi un poème ? Était-ce de la méchanceté ou juste une farce ? Quoi qu'il en soit, il risquait d'avoir une petite conversation. Toute la pression qui pesait sur cette lettre venait de s'envoler. Pays-Bas se sentait mieux. Bien mieux. Ils savaient maintenant que toute cette histoire n'était qu'une machinerie. Certainement une farce pour les rendre chèvres. Oui. Une farce. Il essayait de s'en persuader. France n'avait aucune autre raison de leur faire ça!

Mystère résolu!

Autriche & Netherlands | 645 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Schrödinger
Âge : 24 ans
Club : Club de musique
Dortoir : Vincent van Gogh

Devoirs en cours : • Professeur particulier cherche élève particulière (Ft Belgique)

Devoirs terminés : • Été 2016 : Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Ft Islande)
• Lettre de papier parfumé (Ft Pays-Bas)
avatar
Autriche
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   Mer 26 Oct - 1:21

Lettre de papier parfumé

[Autriche - Pays-Bas]
Lettre de papier parfumé


A peine arrivé, le Néerlandais sembla tester les premières dates qui lui passaient en tête, sûrement avait-il voulu faire au plus vite pour ne pas oublier celles qui lui venaient pensa Autriche. Vu qu'il s'affairait très bien à la tâche tout seul, l'Autrichien s'installa non loin contre des casiers, son dos et ses jambes commençaient à faillir à cause de la rude balade à travers les couloirs. De toute façon, on ne pouvait pas tester des codes à deux personnes sur un seul cadenas, autant lui laisser de l'espace pour le faire.  Un petit moment passa avant que les petits bruits métalliques ne soient plus la seule chose à briser le silence ambiant. Un soupir d'exaspération se fit entendre suivi rapidement par la voix du Néerlandais.

- Il y a intérêt à c'que ce soit lui.

On dirait qu'il s'énervait et cela ne s'arrangea pas avec la suite, Autriche le vit au loin tenter des combinaisons qui semblaient se suivre, sûrement avait-il renoncé à essayer des dates connues et commencer à faire tous les codes possibles et imaginables que pouvaient réunir quatre chiffres.

Au fur et à mesure qu'il le regardait vérifier chaque possibilité pour la voir échouer juste après, il remarquait que ça l'agaçait de plus en plus, il espérait ne pas avoir à payer pour cette colère naissante. Soudain, un léger cliquetis se fit entendre et le casier s'ouvrit, c'était la victoire après toutes ces longues minutes de calvaire ! Il le laissa prendre une note pour faire comparaison et, d'un coin de l'œil, il vit que quelque chose n'allait pas, son ami semblait comme étonné parce qu'il voyait, qu'est-ce qui se passait ? Le Néerlandais se rapprocha en vitesse de lui, Autriche put alors voir la feuille que l'autre tenait, les mots avaient la même courbe, les lettres se ressemblaient, aucun doute, c'était...

- C'est bien France..

Son acolyte avait été plus rapide que ses pensées. Il resta un moment abasourdi, ne sachant pas trop quoi dire ou faire, c'était donc le Français depuis le début. Autant il était dans la liste des suspects, autant il n'y avait pas trop cru. Etonnement, il ne le pensait pas capable de ce genre de coups, il le voyait mal faire quelque chose comme ça, juste pour le plaisir de la farce. Il devait sûrement avoir une véritable raison derrière son geste, mais arriver à rentrer dans son esprit pervers était un défi beaucoup trop grand à relever pour Autriche après cette journée, et même cette semaine, quelque peu difficile.

De toute façon, il avait bien mieux à faire. Pour commencer, il avait ce sentiment de soulage face à cette histoire qui était enfin réglée, ce n'était donc définitivement qu'une plaisanterie de très mauvais goût. Ensuite, maintenant que c'était fini, il allait pouvoir retourner à son dortoir tranquillement pour se reposer et essayer de terminer sa semaine mieux qu'elle n'eut commencé, ce qui de toute évidence, allait être plutôt simple.



Special Thanks

A France pour avoir approuvé l'idée du rp et nous avoir écrit le poème!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre de papier parfumé. [PV Autriche]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Lettre de George Sand à Musset.
» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» Lettre de protestation d'un haitien au président Lula du Bresil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia World Academy :: Bac à sable :: Devoirs et discussions au café archivés-