Hetalia World Academy

«  Il n'y a point de génie sans un grain de folie. »
 
FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chien-Shiung Wu
Âge : 28
Club : Club de cuisine
Dortoir : Lev Tolstoy

Devoirs en cours :
♦️ Show me how to make him say yes ! (feat South Italy)
♦️ Mission pour le club de cuisine ! (Ft. France, Turquie, Italie)


Devoirs terminés :
♦️ Quand "plus jamais" rime avec "seconde fois" || Ft. Turkey
♦️Look like it's time to oil up ! (Feat Danemark)
♦️Event Halloween - Quand une malédiction s'invite à l'Académie...
♦️ Prohibited meeting in the darkness of night (feat Islande)
♦️The grass is greener... at home [Eire]
♦️Et si "voyage" rimait avec "naufrage" ..? [Sweden & Turkey]
♦️April Fool - The Mochi's missions! (feat Bahamas & Amérique)

avatar
Turkey
MessageSujet: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Lun 28 Juil - 21:49

Prohibited meeting in the darkness of night


C'était par une nuit de fin d'été, le soleil avait fini par prendre congé, laissant sa place à la lune rayonnante aux côtés des étoiles dans un ciel totalement dépourvu de nuages.
Malgré le fait qu'on se trouvait aux portes de l'automne, la World Academy gardait des allures estivales, autant par les températures que par l'allure globale du parc. En journée, les insectes et autres animaux de l'enceinte continuaient à vaquer à leurs occupations avec autant d'ardeur qu'à la normale ; la végétation, elle, ne semblait pas vouloir se dévêtir de sa superbe parure colorée et odorante qui en fascinait plus d'un.

Néanmoins, les couloirs de l'établissement n'en restaient pas moins sombres et extrêmement silencieux à cette heure. Pourtant, si on plissait les yeux et que l'on faisait attention, on pouvait distinguer une ombre se déplaçant rapidement dans les méandres de l'école.
Cette ombre se trouvait être une personne, et un élève dans notre cas.
Ce jeune étudiant se dénommait Sadik et marchait à pas feutrés et rapides en direction du toit tout en surveillant ce qui se trouvait autour de lui. Et il avait bien raison de se méfier, si jamais il se faisait prendre à déambuler librement ainsi entre les classes, il y avait de fortes chances qu'il se prenne le savon du siècle avec plusieurs heures de colles et pourquoi pas des « travaux d'intérêt généraux » pour lui apprendre à bafouer le règlement de la sorte.
Maintenant, question que tout le monde se pose : Que pouvait bien faire le Turc à un moment pareil dans un lieu comme celui-ci ?
La réponse était simple, ayant passé un très longue et duuuuuure journée (Voyez par là le fait de devoir aller en classe quelques heures à cause d'une petite averse qui, en plus d'avoir légèrement rafraîchi l'atmosphère, avait mouillé tout ce beau gazon, ayant rendu la sieste impossible). Cela lui avait mis les nerfs en pelote. Le seul moyen qu'il avait à sa disposition pour se détendre et voir la vie du bon côté était de boire un petit coup en fumant sa clope, à défaut de n'avoir pu emporter son narguilé dans l'académie.

Au départ, il avait voulu faire ça dans sa chambre mais, malheureusement, son compagnon de chambrée ne l'entendait pas de cette oreille et refusait catégoriquement qu'il fasse ce genre de choses ici. N'ayant pu le convaincre de quelque manière que ce soit, il s'était donc résolu à aller sur le toit (dont l'accès était interdit aussi mais personne ne le respectait) afin que sa journée ne soit pas totalement gâchée.
Arrivant enfin au dit lieu, Sadik afficha un grand sourire de satisfaction. Il referma la porte derrière lui et s'assit aussi confortablement que possible contre le petit muret au bord du bâtiment. Il posa sa bouteille de son précieux raki à côté de lui et entreprit de rouler son tabac avant d'allumer sa cigarette.
Ceci fait, il la fuma tranquillement en regardant le ciel au dessus de lui. Les étoiles scintillaient comme des lucioles dans cette immensité impressionnante. Cela éveillait en lui un sentiment de plénitude. (Comment ça un Turc ça a pas de sentiments ?!)

Après un temps d'observation, complètement perdu dans ses pensées, il n'entendit qu'au dernier moment des bruits de pas se rapprochant. Quelqu'un venait et se dirigeait droit sur son petit coin de repos. Cela devait sans doute être un surveillant faisant sa ronde. Bok ! Sans hésiter, il écrasa sa clope qu'il lança ensuite dans le vide, choppa sa bouteille et fila vite se cacher dans un recoin sombre en s'immobilisant, espérant mentalement que la personne ne le remarque pas.


(C) Mini BN sur Epicode.

_________________
Je sais que tu meurs d'envie de cliquer~:
 




Dernière édition par Turkey le Lun 2 Fév - 21:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Dim 3 Aoû - 15:02

C'est écarlate, désorienté, transi d'effroi et de honte qu'Islande courait dans le couloir, aveugle et sourd à ce qui l'entourait. Il retenait sa respiration comme il le pouvait, refusant quoi qu'il advienne de pleurer. Il haïssait pleurnicher et ne le permettrait en aucun cas, pas dans cette école, pas avec toutes ces personnes affreuses dans ces murs. Cet endroit était horrible, il ne le supportait plus, il ne resterait pas, voulait son île, voulait ses oiseaux, voulait...
Envahi par des pensées aussi parasites que pessimistes, la jeune nation n'accordait aucune attention au chemin qu'elle empruntait ; dans la pénombre, il eut fallu qu'Islande prenne le temps d'accoutumer ses yeux, mais il courait, évitant par réflexe les meubles et les coins de mur, incliné en avant, les bras enserrant son torse comme pour le protéger. Il prit machinalement l'escalier en direction des étages, ne pouvant descendre jusqu'au rez-de-chaussée où se trouvaient les bureaux de l'administration. Si un professeur l'attrapait, ce serait la fin des haricots : retenue pour traîner au lieu de dormir comme tous les enfants raisonnables et humiliation publique pour être vu dans un tel état émotionnel. En cet instant, le monde entier le répugnait. Il ne voulait voir personne. Personne. Même Puffin, qui devait d'ailleurs mettre le désordre dans la chambre en se battant contre le Brésilien. Il fallait qu'il rentre chez lui, par les dieux !...
L'air ambiant se fit soudainement plus frais et Islande réalisa que ses pas l'avaient guidé jusqu'au toit, voie sans autre issue que celle par laquelle il était arrivé. Le ciel parfaitement dégagé l'autorisait pour la première fois depuis son départ de la chambre à voir clairement où il mettait les pieds.
Il s'appuya au grillage ceignant l'esplanade pour enfin laisser aller son souffle. Le sang battait à ses tempes, son corps se plia en deux de lui-même, une main agrippée aux barres de métal pour le soutenir. Le souffle revenait, lentement, mais il revenait, et l'Islandais laissa glisser son corps épuisé jusqu'à l'asseoir sur le sol, adossé au muret qui soutenait le grillage. Ses doigts le faisaient souffrir, la tête lui tournait. Peu habitué à courir de la sorte, il en subissait le contrecoup.
Il renversa la tête en arrière, comme pour attirer davantage d'oxygène dans ses poumons. Comme le ciel était clair ! Autant qu'une nuit d'hiver, même si l'atmosphère l'empêchait d'imaginer qu'il se trouvait chez lui, sur son île, en haut de son volcan favori, à observer le ciel – non pas qu'il soit particulièrement fanatique de ciels étoilés, mais il appréciait simplement dormir dans l'herbe. Peut-être qu'en ne songeant plus à rien, dans ce silence de plomb, il finirait par se persuader que cette histoire ignoble avec Brésil n'avait jamais eu lieu. Qu'il n'avait pas été viré de sa chambre parce que cet individu...
Il y avait quelqu'un d'autre sur le toit. Son regard avait été attiré par un mouvement, un peu plus loin, dans le coin opposé à la porte. Islande vérifia aussitôt que ses joues étaient bien sèches, puis se redressa, la gorge serrée par une crainte mêlée de honte. Il était tout bonnement impossible que l'autre ne l'aie pas remarqué : il se trouvait pleinement exposé sous la lumière des étoiles. Restait à savoir si l'autre l'avait reconnu... Et s'il s'agissait de Brésil, qui l'avait devancé ? Pourvu que non. Sa vue l'insupporterait au plus haut point. Et si c'était un professeur ?! Non, impossible ! Que ferait-il ici ? De plus, il l'aurait déjà réprimandé ! La fuite serait indigne et s'il avait été reconnu, ç'aurait été la honte...
Nerveux, encore tremblant de l'émotion trop forte qui l'avait pris quelques instants auparavant, il se tint le plus droit possible, attendant que cet espion digne d'un Assassin's Creed sorte de son coin sombre. S'il fallait répondre de sa présence, il inventerait un mensonge. Mais ne fuirait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien-Shiung Wu
Âge : 28
Club : Club de cuisine
Dortoir : Lev Tolstoy

Devoirs en cours :
♦️ Show me how to make him say yes ! (feat South Italy)
♦️ Mission pour le club de cuisine ! (Ft. France, Turquie, Italie)


Devoirs terminés :
♦️ Quand "plus jamais" rime avec "seconde fois" || Ft. Turkey
♦️Look like it's time to oil up ! (Feat Danemark)
♦️Event Halloween - Quand une malédiction s'invite à l'Académie...
♦️ Prohibited meeting in the darkness of night (feat Islande)
♦️The grass is greener... at home [Eire]
♦️Et si "voyage" rimait avec "naufrage" ..? [Sweden & Turkey]
♦️April Fool - The Mochi's missions! (feat Bahamas & Amérique)

avatar
Turkey
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Dim 24 Aoû - 21:02

Prohibited meeting in the darkness of night




Tapis dans son coin sombre, Turquie percevait mal les formes au niveau de la porte ; mais il ne bougeait pas pour autant. Si cette personne s’avérait être un surveillant, il jetterait rapidement un coup d’œil à l'extérieur puis s'en irait aussi vite qu'il était venu afin de continuer sa ronde.
Lorsque la seule entrée (qui était aussi la seule sortie) s'ouvrit, Sadik reteint son souffle et attendit patiemment avec un regard suspicieux. Mais au lieu de repartir d'où elle était venue, l'ombre s'aventura plus loin et alla s'installer près du muret, tout proche de l'endroit où il se tenait quelques instants plus tôt.
A coup sur, ce n'était pas du tout un de ses surveillants maléfique où un professeur démoniaque. Cette pensée le rassura un peu et il se permit de respirer à nouveau ; pas qu'il avait peur mais ces derniers temps, il accumulait un peu trop les heures de colles fautes de ses petits écarts du règlement, et honnêtement, il en avait assez et préférait se cacher. En plus de cela, il se faisait réprimander sans arrêt avec toujours les même paroles. Ça ne servait à rien à son humble avis. Idiot de personnel.

Le fait que cet individu, un élève plus vraisemblablement, se soit posé ici rendait son observation  plus pratique car les quelques rayons de lune présents éclairaient le lieu et permettait de voir plus ou moins correctement.
Ainsi, il put se rendre compte que son mystérieux visiteur était un homme puisqu'il portait un pantalon caractéristique de leur uniforme, plutôt petit avec des cheveux mi-courts d'un blond pâle qui donnaient sur le blanc argenté avec l'éclairage nocturne. C'est ce dernier point qui lui mit la puce à l'oreille quant à l'identité de acolyte de fortune.
En effet, il s'agissait  du petit Islandais qu'il avait vaguement côtoyé dans la salle d'étude et qui partageait la même chambre que le bruyant Brésilien du dortoir d'à côté, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut.
Par contre, le fait qu'il soit ici à une telle heure rendait le Turc perplexe et curieux. Lui qui avait toujours pensé que le jeune homme faisait parti des bons élèves bien studieux et surtout extrêmement réticents à la moins violation du règlement.
Il semblait bien qu'il se soit trompé à son sujet ! Peut être même que c'était une petite racaille  . Dans ce cas, il cachait bien son jeu le petiot ! A surveiller.

Ce qui était aussi étrange, ou plutôt peu commun chez le gamin, était la tête qu'il tirait : un visage plutôt rouge comme s'il avait couru, était gêné ou en colère. Ses sourcils étaient froncés, ou alors il les avaient comme ça d'habitude, il ne savait plus très bien; et il arborait une mine scandalisée.
Ne pouvant laisser le petit dans cet état (et surtout pour savoir le pourquoi du comment car curiosité oblige) ; Sadik se redressa paresseusement et se hissa lentement hors de sa cachette pour s'approcher de la même manière vers son camarade qui avait déjà commencé à le regarder, sa bouteille toujours en main.
Il s'approcha lentement, l'Islandais le fixant avec force, comme s'il avait déjà senti sa présence depuis le début et qu'il attendait justement le moment pour qu'il se montre. A croire que sa cachette n'était pas aussi bonne qu'il l'espérait. Il devrait remédier à ça s'il voulait être plus discret la prochaine fois afin d'éviter de se faire surprendre. Il avait eu de la chance de tomber sur un élève.
Il vint ensuite s'asseoir mollement à ses côtés avant d'enfin briser le silence qui devenait pesant pour le Turc.

-Eh p'tit gars, pourquoi tu tires une tête pareille? Tu t'es fait largué ou quoi ?

Il n'y avait aucune méchanceté ni mesquinerie de sa part, il prenait ça comme une plaisanterie afin de détendre l'atmosphère et le faire sourire un peu même s'il n'était pas vraiment sur du résultat.
En attendant sagement sa réponse, il lui présenta sa bouteille pour signifier qu'il partageait sa bibine /trop aimable/. Peut être que ça aiderait à délier les langues, sait-on jamais.



(C) Mini BN sur Epicode.

_________________
Je sais que tu meurs d'envie de cliquer~:
 




Dernière édition par Turkey le Lun 2 Fév - 21:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Mer 10 Sep - 21:48

L'individu, qui devait l'observer de sa cachette douteuse depuis son arrivée, resta quelques instants immobile avant de se redresser, probablement conscient qu'il l'avait remarqué. Il s'agissait d'une grande silhouette aux épaules baraquées, cheveux courts, hanches étroites, qui se se mouvait avec mesure et souplesse. L'Islandais ne connaissait qu'une seule personne qui marchait d'une telle façon. Parmi tous les élèves qu'il aurait pu croiser dans cet endroit désert et à cette heure impromptue, il n'était pas si mal tombé.
Le vieux Turquie.
Le vieux Turquie en plein flagrant délit d'alcoolisme, d'ailleurs. Il pourrait toujours lui faire du chantage avec cela s'il l'avait vu pleurer. Le vieux fourbe était capable de raconter tout cela aux autres nations. Probablement. A vrai dire, Islande ne pensait pas le Turc capable de faire quelque chose de peu honorable, mais la vie à l'Académie lui avait enseigné qu'il ne fallait pas accorder sa confiance trop rapidement.
Il se força à rester immobile lorsque le Turc s'assit à-côté de lui, apaisant comme il le pouvait les derniers tremblements de son corps encore bouleversé. Il n'avait pas envie de parler, pas envie d'entendre qu'il était faible et émotif. Il savait que c'était ce qu'on disait de lui derrière son dos, et l'idée d'autoriser quelqu'un à le voir ressentir quoi que ce soit le dégoûtait profondément – ce dont son estomac retourné n'avait pas besoin en prime.
Le vieux sentait la cigarette. Pas encore l'alcool. Islande fronça légèrement le nez, gêné par cette odeur désagréable et détourna légèrement la tête dans l'espoir d'y échapper. Déjà qu'il trouvait l'air de l'académie assez pesante, s'il devait subir les relents fauves de ses camarades, il ne finirait jamais l'année.

« Eh p'tit gars, commença Turquie d'un ton qui se voulait aimable, l'obligeant à se concentrer de nouveau sur lui. Pourquoi tu tires une tête pareille ? Tu t'es fait larguer ou quoi ? »

Eiríkur fronça les sourcils, abasourdi par tant de vulgarité. Qu'est-ce que c'était que cette question ?! Est-ce qu'il avait la tête d'un séducteur capable de pleurnicher s'il se faisait abandonner ? À cet instant, serrant les poings de colère, il se jura que s'il se faisait « larguer » un jour, il ne montrerait pas le moindre émoi, resterait comme une pierre, et personne ne pourrait jamais le mépriser. Jamais ! Il n'était pas comme...
Les raisons qui l'avaient poussé à s'exiler de la sorte lui revinrent aussitôt, remplaçant la colère par de l'abattement. Il serra les jambes contre son torse, les enserrant de ses bras comme pour se réconforter lui-même. Cet endroit le répugnait. Ce n'était pas chez lui. L'air, les cours, la contrariété qu'il ressentait presque en permanence, tout cela avait comme un parfum de stagnation, de pourriture. Pas le droit de sortir quand il le voulait. Pas le droit d'amener M. Puffin comme il le souhaitait. Pas le droit de dormir dans...
Il ne devait pas y penser.
Mais cela faisait mal.
Il laissa son front retomber contre ses genoux, les yeux rivés sur ses propres cuisses plongées dans la pénombre. Sa poitrine lui semblait gonflée de souffrance physique prête à l'étouffer. Il déglutit difficilement.

« Non, parvint-il à articuler. Je me suis pas fait « larguer ». »

Il l'aurait sans doute préféré. Il aurait pu se rouler en boule sur son lit et penser à sa triste vie, mais là... Le fait que l'accès à son lit lui était interdit causait justement cette douleur. Il était stupide, stupide de se sentir de la sorte pour si peu, mais son petit nid était le seul endroit où il pouvait se réfugier et s'isoler... puisque, de toute évidence, le toit était déjà pris.
Islande tourna la tête pour dévisager le vieux Turc, qui restait à côté de lui, la bouteille toujours à la main. La lumière de la lune adoucissait ses traits d'une curieuse façon, le faisant paraître plus pâle et jeune. Il avait même l'air content de le voir. Bizarre. Ce vieux était bizarre. Pourquoi restait-il à lui parler ?...
Il secoua la tête, remarquant finalement la bouteille qu'on lui tendait dans se décourager. L'ivresse le rendait grincheux : il n'allait sûrement pas boire. Pas maintenant. Pas sûr qu'il puisse avaler quoi que ce soit, de toute façon.

« Vous faites quoi, ici ? demanda-t-il plus par politesse que par réelle envie de savoir. »

Mieux valait diriger l'attention sur autre chose que sur lui. Il n'avait plus envie de bouger. Son corps lui faisait mal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien-Shiung Wu
Âge : 28
Club : Club de cuisine
Dortoir : Lev Tolstoy

Devoirs en cours :
♦️ Show me how to make him say yes ! (feat South Italy)
♦️ Mission pour le club de cuisine ! (Ft. France, Turquie, Italie)


Devoirs terminés :
♦️ Quand "plus jamais" rime avec "seconde fois" || Ft. Turkey
♦️Look like it's time to oil up ! (Feat Danemark)
♦️Event Halloween - Quand une malédiction s'invite à l'Académie...
♦️ Prohibited meeting in the darkness of night (feat Islande)
♦️The grass is greener... at home [Eire]
♦️Et si "voyage" rimait avec "naufrage" ..? [Sweden & Turkey]
♦️April Fool - The Mochi's missions! (feat Bahamas & Amérique)

avatar
Turkey
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Dim 21 Sep - 13:00

Prohibited meeting in the darkness of night




Le silence, durant lequel le petit gars se recroquevilla sur lui-même comme s'il était empli d' une immense douleur au niveau du ventre, se prolongea plus que nécessaire,et Sadik failli reprendre la parole. Il avait beau vouloir comprendre ce qui avait pu le mettre dans cet état, il n'arrivait pas à se mettre à sa place vu qu'il n'avait aucun indice quand à ce qui lui était arrivé, et le fait qu'il soit peu patient dans certains moments comme celui-ci par exemple, n'aidait pas vraiment à la compréhension de la situation.

Après un temps, il se mit enfin à répondre à la question posé précédemment. Et comme il s'en doutait, le petit n'avait pas eu à subir les « joies » de la rupture. Encore devait-il être en couple. Ou bien était-il très discret, mais ça, c'était bien moins sur vu que les ragots et les derniers scoops filaient à la vitesse de la lumière dans cette Académie ; pire qu'un troupeau de concierges ! Et puis surtout, le gamin partageait la chambre de la plus grande commère avide de potins de l'école, le dénommé Brésil !
Alors s'il devait partager la vie de quelqu'un, ça se saurait.
Tout ça pour dire qu'il savait déjà la réponse mais que c'était surtout sur le ton de la plaisanterie qu'il lui avait dit ça en espérant ainsi pouvoir le faire sourire. Manqué.

Finalement, il releva le visage dans sa direction et le scruta de ses yeux d'un violet profond. Les rayons de la lune lui permettait de s'attarder un peu plus sur le visage de son vis-à-vis qu'il n'avait pu observer de près lorsqu'il était caché. Un profil plutôt mince et harmonieux affublé de traits fins, son visage montrait bien la transition enfant/adulte qui s'opérait de part et d'autre. Ses sourcils étaient encore plus froncés qu'à la normale ; ses yeux enflés et légèrement rouges comme s'il avait pleuré. Sadik remarqua aussi qu'il avait la mâchoire assez serrée, comme s'il contenait sa colère ou sa frustration, il ne pouvait savoir à ce moment donné.

Puis, le jeune homme secoua la tête en réponse à sa demande muette sur son invitation à siroter un peu avec lui. Dommage, c'est pourtant excellent le raki ! Sûrement qu'il devait n'en avoir jamais goûté auparavant. Il devra changer ça, il ne fallait pas qu'il laisse le jeune homme dans l'ignorance.
C'est donc avec un haussement d'épaule qu'il ramena sa bouteille vers lui, buvant une gorgée au passage pour se délecter du goût à la fois sucré et fort que pouvait avoir l'alcool. Et puis, vu l'humeur qu'avait l'air d'avoir le jeune élève, il fallait bien qu'il se donne un petit coup de fouet pour faire face à la suite. En effet, il ne semblait pas vraiment enclin à discuter et c'était comme si chaque syllabe émise était due à un incroyable effort. Ah ces gens du nord !~

Après ça, un immense silence retomba à nouveau. Sadik cherchant comment s'y prendre pour dérider un peu son camarade qui semblait prêt à tout sauf à discuter tranquillement. Avec ça, le plus âgé commençait vraiment à se demander ce qui avait pu le mettre dans cet état. Certes, il le connaissait peu et ne savait pas quel genre de tempérament il pouvait avoir mais son comportement attisait plus que nécessaire sa curiosité.
Au moment même où Sadik ouvrait la bouche pour lui poser une énième question, il fut devancé par son vis-à-vis qui prit enfin l'initiative de briser cette atmosphère bizarre.

« Vous faites quoi, ici ?  »

Ce qu'il faisait là... ? Très bonne question. Même lui au fond ne savait pas très bien pourquoi il avait atterrit sur ce toit pour picoler et fumer un peu. Journée pourrie ou besoin de se relaxer sûrement. Mais en même temps, il y avait tellement d'autres moyens de le faire.
Dans un sens, il savait aussi très bien ce qu'il faisait là. Il s'ennuyait et avait le mal du pays. Tout ce qu'il avait trouvé pour oublier ça était de se réfugier sur le toit pour admirer les étoiles comme il le faisait dans son petit chez lui ; et s'il y avait en plus un petit remontant liquide, tout était parfait !
Aussi, ne voulant pas commencer ça déballer sa vie et se plaindre comme n'importe quel enfant le ferait, il se contenta de répondre de façon nonchalante et levant sa petite bouteille avec un léger sourire.

- Je crois que ça se voit~ Et puis, Bahamas mon coloc, n'apprécie pas que je fume ou que je boive dans la chambre. -Il continua pour lui même, comme une réflexion intérieure- Sauf si je lui en passe tient... Et Russie lui, il me volerait tout.

Puis il reconcentra son attention sur son voisin.

-Enfin bref ! Et toi ? Tu ne m'as toujours pas dit ce que tu fais là. Je ne pense pas que tu sois le genre de personne à se balader la nuit hors du couvre feu en risquant de se faire coller s'il se fait chopper~

Oui il revenait à la charge pour connaître le pourquoi du comment, mais il n'y pouvait rien si ça l'intriguait extrêmement fort !


(C) Mini BN sur Epicode.

_________________
Je sais que tu meurs d'envie de cliquer~:
 




Dernière édition par Turkey le Lun 2 Fév - 21:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Ven 21 Nov - 9:28

Le vieux Turc parlait sans complexes, d'un ton nonchalant et assuré – pas du tout la voix d'un alcoolique venant de se faire prendre en pleine beuverie illégale sur un toit. Quelque part, cela ne surprenait pas l'Islandais : le Noël qu'ils avaient passé ensemble, quelques années plus tôt, lui avait permis de le constater. Même la tête à l'envers, Turquie ne se laissait pas désarçonner. Jamais. A vrai dire, il semblait même s'amuser encore davantage – chose inconcevable pour l'Islandais, qui se sentait de mauvaise humeur dès qu'il buvait de trop et désirait juste se coucher pour ne plus penser.
Eh. Islande avait moins mal. Sa poitrine s'était faite plus légère et la peine moins douloureuse. En réalisant cela, il ressentit une once de gratitude : le vieux Turc lui avait sciemment parlé pour lui changer des idées, tout en prenant le soin de ne pas lui imposer de contact, n'est-ce pas ? Lui aussi avait été chassé de son dortoir, lui aussi était perdu. Il ne pouvait que comprendre.
Islande le dévisagea avec attention, hésitant encore à lui répondre à cette question. Certes, le vieux faisait attention à lui – pour être prêt à sacrifier de l'alcool, il fallait vraiment être dévoué – et ressentait le même sentiment d'exclusion... Mais Islande doutait de l'efficacité de la narration de ses petites misères de nation à réparer la « dette » qu'il avait désormais envers Turquie. Il le paierait plus tard. Différemment, sans parler. A condition qu'il n'aille pas répéter à tout le monde...
Grimace. Si jamais il répétait...

« Vous allez en parler. N'est-ce pas ? »

Turquie allait en discuter avec les autres. Se moquer. Raconter que l'Islandais pleurnichard allait sangloter sur le toit lorsqu'il était contrarié. Il ne fallait pas lui dire.
Son visage se referma, comme la méfiance s'installait en lui. Stupide Islandais, qui se sentait de suite en confiance avec ce Turc. Il devrait s'en aller, maintenant. Le vieux était opiniâtre. Il le harcèlerait jusqu'à ce que mort s'ensuive pour connaître le pourquoi du comment puis s'empresserait d'aller en discuter avec tout ceux qui passeraient. Il fallait qu'il s'en aille, vite, pendant que son interlocuteur ne s'y attendait pas.
Non. Il ne devait pas partir, pas encore. Il scruta le visage du vieux Turc, décidé à le tenir au silence. À assurer ses arrières.

« N'en parlez pas. »

Dépliant ses jambes, il redressa le dos, en partie pour paraître plus imposant : il connaissait suffisamment la vieille nation pour savoir que l'amadouer ou lui faire entendre raison n'était même pas envisageable. Autant tenter de rendre Puffin courtois ! Islande jeta un coup d’œil équivoque à sa bouteille, avant de revenir le dévisager sans sourciller. Le message devait être clair : « Si tu parles, je dirai que tu bois en cachette. » Le vieux Turc devait bien se cacher de quelqu'un ; il suffirait de trouver qui, même si Eirikur avait déjà quelques soupçons. Quoi qu'il en soit, il avait ses sources. Le fourbe qui le contraignait en ce moment à dormir hors de son propre dortoir s'avérait être de même une mine d'informations précieuse sur tout ce qui se déroulait à l'intérieur comme à l'extérieur des murs de cette académie. Islande comptait bien lui faire la tête pendant quelques jours, par principe, mais il pourrait le lui demander par la suite. Le vieux Turc avait très probablement une faiblesse, il ne serait pas difficile de la trouver. N'est-ce pas ? Il lui semblait d'ailleurs qu'il ne s'entendait pas bien avec un de ses voisins juste au nord ; sans doute pourrait-il éventuellement employer cette information à bon escient.

L'Islandais se remit difficilement debout, dépliant ses membres ankylosés. Il avait sommeil. Il se sentait menacé. Cette discussion avait bien trop duré. Il retourna rapidement à l'escalier, les mains moites, le cœur battant, puis redescendit dans les couloirs, se forçant à ne pas se retourner. Il lui fallait maintenant trouver un endroit où dormir. Il lui semblait qu'une des portes de la bibliothèque n'était jamais fermée, et la pièce comportait quelques fauteuils. Cela pourrait éventuellement faire l'affaire, et personne n'irait l'y chercher : ce lieu pourtant agréable n'était pas particulièrement populaire auprès de la majorité des élèves de l'académie, qui cherchaient davantage un lieu où discuter. Le café, récemment ouvert, par exemple. The place to be.
Décidément, il ne les comprenait pas.
Ces gens étaient vraiment trop différents. Tous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien-Shiung Wu
Âge : 28
Club : Club de cuisine
Dortoir : Lev Tolstoy

Devoirs en cours :
♦️ Show me how to make him say yes ! (feat South Italy)
♦️ Mission pour le club de cuisine ! (Ft. France, Turquie, Italie)


Devoirs terminés :
♦️ Quand "plus jamais" rime avec "seconde fois" || Ft. Turkey
♦️Look like it's time to oil up ! (Feat Danemark)
♦️Event Halloween - Quand une malédiction s'invite à l'Académie...
♦️ Prohibited meeting in the darkness of night (feat Islande)
♦️The grass is greener... at home [Eire]
♦️Et si "voyage" rimait avec "naufrage" ..? [Sweden & Turkey]
♦️April Fool - The Mochi's missions! (feat Bahamas & Amérique)

avatar
Turkey
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Dim 7 Déc - 22:52

Prohibited meeting in the darkness of night



Encore un énième silence venait se taper l'incruste dans leur conversation. A croire que le petit avait besoin de cinq minutes entre chaque question ou élucubration. Était-ce pour réfléchir à ce dont il allait dire par la suite ou était-il juste... Lent d'esprit? Non. C'était peu probable; seul le Grec, le Français et le Briton avaient ce trait de caractère marqué. Et tout les trois était de vraies enflures par dessus le marché!
Mais alors... Pourquoi ce besoin de choisir avec précision tous les mots qu'il devait employer? Ça ne servait à rien et puis ça ne rendait pas l'échange des plus faciles si la personne restait sur la défensive.
De plus, Turquie lui même se sentait plus détendu en face de quelqu'un qui exprimait le fond de sa pensée comme lui, le tout sur un ton bon-enfant et chaleureux.
Tout ce que le petit arrivait à faire, c'était créer une certaine suspicion chez lui avec toutes ses "cachotteries". Et le fait qu'il le fixe sans sourciller n'arrangeait pas la chose...

Mais en même temps, il l'intriguait.
En temps normal, il ne le voyait que peu souvent discuter avec les autres, restait très réservé et souvent dans son coin. Pouvoir "papoter" (si on pouvait appeler cet échange une conversation) avec lui le rendait assez content et plutôt fier il fallait le dire.
Maintenant, il voulait en savoir plus.
Comme quoi, il ne fallait jamais titiller la curiosité d'un Turc auquel cas il vous prenait pour "cible".

La jeune nation laissa apparaître une légère grimace et ouvrit la bouche pour reprendre la parole mais pas pour répondre à la question qu'il avait posé plus tôt. Ça aussi ça le rendait affreusement curieux. Pourquoi évitait-il absolument de répondre à cette question en changeant constamment de sujet ou en l'interrogeant plutôt que de lui dire gentiment le pourquoi du comment? Avait-il quelque chose à cacher? Venait-il de faire une bêtise ou d'enfreindre le règlement? (Même si en l’occurrence, ils le faisaient déjà en se promenant dans l'Académie après le couvre feu et ce, sur un lieux interdit aux élèves).
Turquie n'était pas un adepte des potins comme un certain Brésilien mais.. Par Allah ce que cet enfant était entouré de mystères!

Bref, l'Islandais venait de lui demander s'il allait en parler ou non.
Que voulait-il dire? De quoi pouvait-il parler aux autres? Ils n'avaient pourtant rien dit de spécial et les raisons qui faisaient qu'ils se retrouvaient assis côté à côte n'avaient toujours pas été expliquées.
Pour toute réponse, Sadik fronça un sourcil et arbora sa plus belle face d'incompréhension suivit par ce magnifique onomatopée:

-Hein?

Sans attendre, l'Islandais continua et lui ordonna de ne rien dire.
Le petit n'avait pas l'air de plaisanter vu que son expression facile venait de passer du neutre au légèrement inquiet et menaçant.
Ce que le Turc ne comprenait pas, c'est pourquoi il faisait et disait ça. Il ne savait même pas de quoi il parlait!
En même temps, il regarda sa bouteille et ses clopes avant de diriger son regard à nouveau sur lui d'un air entendu.
Si les yeux de Sadik avaient pu prendre la forme de point d'interrogation, ils l'auraient fait!
Et puis, si le petit voulait boire ou fumer, il n'avait qu'à se servir, il lui avait même proposé plus tôt.

Le plus âgé allait ouvrir la bouche pour enfin savoir de quoi il retournait mais Islande ne lui en laissa pas l'opportunité, se redressa et s'empressa de partir comme si quelque chose le menaçait, laissant Turquie tout seul sans qu'aucune de ses questions n'aient eu de réponse. Vraiment, quelle sale journée...
Il soupira, fourbu et tourna sa tête en direction de là où se trouvait le jeunot quelques secondes auparavant et distingua quelque chose dans la semi-obscurité.
Il se décala sans se lever pour autant et attrapa l'objet en question.
Après observation, il découvrit qu'il s'agissait de la carte du bibliothèque du petit. Elle avait du tomber de sa poche quand il s'était assit.

Sadik réfléchit à quand il pourrait la lui rendre et se rendit compte qu'il ne connaissait même pas son emplois du temps et se voyait mal aller dans son dortoir pour la lui poser sur son lit. Si n'importe qui le surprenait, il prendrait une réputation d'homme bizarre pervers et ne pourrait plus s'en défaire.
Et puis, à ce qu'il avait pu voir, il passait beaucoup de temps dans cette salle pleine de livres et devait en emprunter pas mal. Il valait mieux qu'il l'ait au plus vite.
Ainsi, Sadik décida qu'il enverrait le lendemain un message au petit qui ressemblerait à ceci:

"Salut petit gars! Il faut absolument que tu me rejoignes sur le toit ce soir vers 19h. C'est important. Je pense que sinon, tu seras bien embêté.
Je t'attendrai!"



(C) Mini BN sur Epicode.

_________________
Je sais que tu meurs d'envie de cliquer~:
 




Dernière édition par Turkey le Lun 2 Fév - 21:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Dim 14 Déc - 2:10

Dès que l'Islandais ouvrit les yeux, il sut que la journée serait longue et pénible. Sans doute cela était lié au fait qu'il était transi de froid, à moins que ce ne soit la présence du bibliothécaire en face de lui. Le fourbe l'avait réveillé à grand coups de revue sur l'épaule – ce bibliothécaire détestait les revues et ne les manipulait que parce que son travail l'y obligeait, sans manquer la moindre occasion de les malmener. Confus et dépité, la petite nation se remit rapidement sur ses jambes, écoutant d'une oreille distraite les remarques du fonctionnaire, qui lui conseillait plutôt de payer ses frais d'inscription pour obtenir un lit en bonne et due forme et de revoir son éducation.
Il s'excusa rapidement et fila aux douches du gymnase, histoire de se redonner une apparence humaine avant le début des cours. Son uniforme froissé et ses cheveux en bataille, qu'il avisa dans un miroir, lui rappelèrent les gamins qui revenaient piteusement chez leur mère après s'être battus. Il avait une tête de chien mouillé...
Soupirant, il se déshabilla, lissa les tissus des vêtements comme il le put, puis se doucha rapidement. Il était tôt. Au moins encore une demi-heure avant le petit déjeuner et impossible de retourner à la bibliothèque pour la matinée avec le bibliothécaire en rogne après lui.
Fichue journée.

Il erra donc dans les couloirs, prenant un peu de temps pour profiter du calme ambiant. Il croisait quelques élèves plus matinaux que les autres dans les couloirs, sans que personne ne lui accorde d'attention. L'académie se mettait lentement en route : les bureaux du rez-de-chaussée s'allumaient, les étudiants s'habillaient dans leurs dortoirs, ce qui n'étaient au début que quelques bruissements par-ci par-là se muèrent progressivement en doux brouhaha. La nuit se terminait, que les élèves le désirent ou non, les cours commenceraient d'ici peu, il fallait s'y préparer.
Son sac sur le dos, Islande abandonna sa promenade, suivant le mouvement en direction du réfectoire. Il s'installa à sa place habituelle, avala autant de café qu'il le pouvait pour tenir la journée, puis fila s'installer en classe pour ne croiser personne. Pas envie de voir Brésil. Ni le vieux. Surtout pas le vieux. Et puis, il lui semblait que sa gorge n'émettrait aucun son, même s'il le voulait. Drôle de sensation. Fichue journée.

Économie, anglais, diplomatie, géographie. À peine hachés par la pause déjeuner, les cours se succédèrent les uns après les autres. Des termes, des mots compliqués. Des schémas. Des couleurs qui se croisaient, se mêlaient. La voix des professeurs, familière, posée. Les murmures, les toux. Une petite classe de sept, légèrement réduite de par l'absence de certains. Difficile de bavarder, surtout avec le professeur de diplomatie, un homme sévère qui se tenait toujours plus droit que la grande règle en bois posée dans un coin de la salle. Calme relatif chez les Charles Darwin, au point que l'Islandais faillit s'endormir. Une fois. Deux fois. Il se surprit à fermer les yeux pour les reposer, puis à ne les rouvrir que lorsque sa tête basculait en avant. Une fois. Deux fois. La prof de géographie finit par tant le regarder de travers qu'il se reprit, se concentrant tant qu'il le pouvait sur les petits schémas de lacs mexicains. Fichue journée.

Lorsque, une demi-heure plus tard, enfin libre, il ramassait ses affaires pour retourner à son dortoir, il remarqua qu'il avait reçu un message sur son portable.
« Salut! Il faut que tu me rejoignes sur le toit ce soir vers 19h. C'est important. Je t'attendrai! »
Il grimaça légèrement. Le vieux Turc... Il l'avait oublié. Un rendez-vous sur le toit ? Cela sonnait menaçant. Du genre bad boys du lycée qui roustent leurs cadets derrière l'établissement pour leur voler leur argent de poche. Ce n'était pas vraiment le genre du Turc, mais... peut-être ce dernier était-il en colère pour leur entretien de la veille ?
Islande passa donc plusieurs heures inquiètes, à peine concentré sur ses devoirs, effectués du bout des doigts à la bibliothèque (dans un coin éloigné du bureau du bibliothécaire maudit et de ses revues), à attendre que vienne l'heure du rendez-vous. Il ne parvenait pas à imaginer ce qui pouvait être suffisamment important pour qu'ils se voient : Turquie n'était pas dans sa classe et ils ne se devaient rien, si ce n'était... l'histoire de la veille.
Il y avait forcément un lien.

À 19 heures, les yeux déjà piquants de sommeil, l'Islandais gravit les étages en direction du toit. Il n'avait prévenu personne de cette rencontre, si ce n'était Puffin. Le macareux ne pourrait sans doute pas l'aider, mais il était suffisamment bruyant pour alerter quelqu'un en cas de soucis.
Enfin, Islande l'espérait.
Il poussa la porte, jeta un œil prudent à l'extérieur. Personne, ce qui était dommage. Si le vieux arrivait après lui, il lui barrerait l'accès à la porte. Que faire ?
Prenant son courage de fier guerrier viking à deux mains, il monta tout de même sur l'esplanade. Il savait mordre, au pire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien-Shiung Wu
Âge : 28
Club : Club de cuisine
Dortoir : Lev Tolstoy

Devoirs en cours :
♦️ Show me how to make him say yes ! (feat South Italy)
♦️ Mission pour le club de cuisine ! (Ft. France, Turquie, Italie)


Devoirs terminés :
♦️ Quand "plus jamais" rime avec "seconde fois" || Ft. Turkey
♦️Look like it's time to oil up ! (Feat Danemark)
♦️Event Halloween - Quand une malédiction s'invite à l'Académie...
♦️ Prohibited meeting in the darkness of night (feat Islande)
♦️The grass is greener... at home [Eire]
♦️Et si "voyage" rimait avec "naufrage" ..? [Sweden & Turkey]
♦️April Fool - The Mochi's missions! (feat Bahamas & Amérique)

avatar
Turkey
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Sam 10 Jan - 1:20

Prohibited meeting in the darkness of night



Turquie s'était levé assez tard pour une journée de cours (dont le réveil est la seule cause bien évidemment) ce qui avait eu pour conséquence une expulsion de sa présence dans le réfectoire alors qu'il était en quête d'un petit déjeuné afin de remplir un peu son ventre bien vide. "L'heure c'est l'heure!" avaient déclaré les chefs, et qu'importe ce que pouvait bien répondre ce pauvre Sadik qui avait l'estomac dans les talons et qui se sentait tout faible sans l'apport journalier de nourriture ou même d'un petit café bien chaud.
Il beugla au scandale avant de finir dans le couloir après avoir courroucé tout le monde.
Soit; il devra se passer de repas pour cette fois. Et pour la peine, il allait sécher tout les cours qui restaient de la matinée! (Pas que ce n'était pas ce qu'il faisait habituellement mais presque)

Sur ce, il retourna dans son dortoir pour se reposer encore un peu et surtout oublier ce ventre qui le tiraillait plus que de raison. Et puis, ce n'était pas de sa faute si la plupart des matières qui étaient enseignées dans l'enceinte de l'Académie étaient ennuyantes à mourir, n'avaient pas grand intérêt ou étaient déjà connues en long en large et en travers par Turquie.
Les seuls cours qui trouvaient grâce à ses yeux se comptaient sur les doigts d'une main: la géographie, l'économie et le sport!
Il avait d'ailleurs cette dernière matière en fin de journée ce qui lui redonna le sourire immédiatement. Il adorait particulièrement cet enseignement et c'était le seul cours qui ne nécessitait pas obligatoirement de se servir uniquement de sa tête, mais aussi de son corps. Et ça, Sadik savait bien faire!

En parlant de fin de journée, il repensa au message qu'il avait envoyé au petit et qui n'avait pas reçu de réponse jusqu'à maintenant. Il se rembrunit un peu. L'avait-il vu? S'il s'avérait que non, ça allait devenir compliqué... Surtout qu'il n'allait sûrement pas attendre tout la nuit pour rendre une bête carte de bibliothèque. Mais dans un sens, il avait ce devoir de la lui rendre, par tout le moyens! Sûrement serait-il obligé d'aller jusque dans sa classe pour cela. Par Allah ce que ça pouvait être galère d'agir pour le bon côté de la force... Retrouver un élève dans cet immense propriété quand cette dite personne faisait silence radio se résumait à trouver une aiguille dans une botte de foin. Et le foin devait bien faire plusieurs hectares!
Sadik croisa les doigts pour que le petit Islandais ait bel et bien eu son message et vienne le soir même.

Le reste de la journée se passa tranquillement, alliant repas gargantuesque lors de la pause du midi et petite sieste digestive pendant le cours de math et vint enfin l'heure de sport tant attendue. Du football en plus! Pas Américain ça non, on ne faisait pas de ça chez lui mais du vrai foot, celui que tout les jeunes de chez lui pratiquent avec assiduité dans la rue, pour qui le rêve est de devenir un joueur officiel et de le représenter lui, lors des matchs qui s'organisent autour du monde.
Evidemment, cet engouement pour le football ne l'a pas épargné non plus et Sadik touche du ballon quand l'occasion se présente.
Il resta d'ailleurs un peu après le cours sur le terrain à jouer, profitant avec plaisir du fait de taper dans un ballon, de se dépenser et de se vider la tête pour ne plus être envahit par tout les tracas du quotidien.
A cause de ça, Turquie n'avait pas vu l'heure tourner et il le soleil commençait déjà à décliner dangereusement. Il regarda le ciel, perdu dans ses pensées à se demander nettoyer son masque avec tel ou tel produit avant de se souvenir brusquement du rendez-vous qu'il avait lui-même donné au petit.
Comme quoi le sport peut causer autant de bienfaits que d'inconvénients!

Sans attendre, il regarda vite sur son téléphone l'heure qu'il était et jura en Turc (qu'Allah lui pardonne) avant de se mettre à courir en direction du bâtiment. Avec tout ça il allait être en retard s'il ne se dépêchait pas, et ça, c'était la dernière chose qu'il voulait.
Il gravit quatre à quatre les marches menant au toit sur trois étages et arriva devant la porte avant de la pousser attendre plus longtemps, toujours en tenue de sport et plein de transpiration, n'ayant pu avoir une apparence plus convenable du fait de sa propre maladresse.

Fort heureusement, il vit de suite que le petit avait répondu présent à son message (ce qui le soulagea grandement), mais attendait presque droit comme un "i" à quelques mètres de la porte. Ça se voyait qu'il avait attendu. Combien de temps, ça Sadik n'en avait aucune idée mais il espérait pas trop longtemps. Il savait l'Islandais facilement bougon et ça ne l'étonnerait pas que ceci empiète sur son humeur du jour.
L’aîné reprit son souffle et s'approche avec un petit sourire gêné tout en se grattant l'arrière du crâne.

-... Selam bocchan! Hum, désolé pour le retard j'avais pas du tout vu l'heure -petit rire- J'espère que tu n'as pas trop attendu!

Remarquant qu'il ne réagissait pas plus que ça, et était un léger froncement de sourcils qu'il voyait là?!, il préféra de suite aborder le sujet du pourquoi du comment de leur présence ici à tout les deux.

-Bon et bien si je t'ai demandé de venir, c'est parce que le dernier soir, quand tu es parti, tu as oublié ça.

Turquie fouilla dans la poche de son pantalon, au moins n'avait-il pas oublié de prendre l'objet avec lui, et lui tendit la fameuse carte de bibliothèque en lui adressant un grand sourire, tout fier d’œuvrer pour le bien.



(C) Mini BN sur Epicode.

_________________
Je sais que tu meurs d'envie de cliquer~:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Lun 9 Mar - 20:10

Personne sur le toit. Islande fit le tour de l'esplanade, vérifiant même le petit recoin où Turquie avait tenté de se dissimuler la veille, en vain. Personne ne se trouvait là malgré les rayons encore bien chauds du soleil couchant. Pas de morsure à l'horizon : ne venait-on pas de lui poser un lapin ? Le vent léger, l'ambiance onirique, la lumière si forte qu'il ne pouvait regarder vers l'ouest sans plisser le yeux, tout cela concordait étrangement, lui faisant se demander si tout cela n'était pas en réalité un traquenard. Quoi qu'il en soit, le vieux Turc avait le sens du spectacle, cela ne faisait aucun doute.
Ce temps passé seul lui permit de réfléchir. Petit à petit, sa crainte s'apaisa, remplacée par la frustration d'attendre en vain... et une sorte de calme intérieur. Il n'avait pas eu l'occasion de se détendre, entre le bibliothécaire, les cours et l'omniprésence de ses camarades de classe partout, tout le temps, quoi qu'il fasse. Sur le toit, il n'entendait que les derniers éclats de voix des élèves revenant du dernier cours d'éducation physique de la journée. Pas de cris. Pas de contact. Le silence.
Était-ce pour cela que Turquie s'était réfugié ici ? S'agissait-il donc un endroit dans lequel il pourrait le retrouver à l'avenir si l'idée farfelue de le revoir se laissait sentir ?
19h20. Et toujours personne. Islande s'était figé, délaissant ses cercles de macareux en cage pour fixer le ciel d'un air absent. Il songeait à l'invitation, aux raisons du vieux Turc, à ce que signifiait cette absence. A ce qu'il devait en penser. Ses yeux se fatiguaient. Il hésitait à repartir, mais l'endroit lui plaisait.

« Selam bocchan ! »

Islande se tourna, plus surpris d'entendre une voix humaine que de voir le vieux en personne. Son esprit s'était trouvé sorti d'une sorte de torpeur comateuse fort agréable, et il se trouva quelques secondes égaré, ne sachant trop que dire au Turc, se demandant ce qu'ils faisaient là.

« Hum... Désolé pour le retard ! J'avais pas du tout vu l'heure. J'espère que tu n'as pas trop attendu !
- Non, parvint-il finalement à articuler. Ça va... »

Il se souvint : la demande de rendez-vous menaçante, le lapin, le toit, cette sale journée passée à cause de Brésil qui couchait avec des gens chez les Baudelaire, expulsant par la même son colocataire, le vieux qui risquait de raconter à tout le monde qu'Is partait pleurnicher lorsqu'il n'avait pas accès à son lit, effrayé parce que les élèves de l'académie passaient plus de temps à s'envoyer en l'air qu'à réviser leurs cours et tentaient de l’entraîner dans ce système ignoble.
Son visage se ferma, non pas parce qu'il voyait le vieux Turc, mais parce que sa fatigue et sa lassitude lui revenaient dans la figure à vitesse grand V.

« Bon, eh bien, si je t'ai demandé de venir, c'est parce que le dernier soir, quand tu es parti, tu as oublié ça. »

Le vieux lui brandit une carte de bibliothèque sous le nez, sur laquelle il reconnut... sa propre signature. Sa carte ! Il n'avait pas remarqué...! Par réflexe, il porta la main à la poche arrière gauche de son pantalon, où il l'avait glissée la veille en sortant de ses heures d'étude. Évidemment, elle ne s'y trouvait pas, et Islande releva vivement la tête, croisant le regard du vieux, une lueur interrogative... et reconnaissante dans les yeux. La carte avait dû tomber lorsqu'il s'était assis au sol à côté du Turc, la veille au soir. Et toute cette histoire de SMS, de rendez-vous, cela avait juste été... par bonté d'âme ?
Il fallait croire que oui. Restait-il donc de l'espoir, dans cette académie ? Et le sourire de Turquie était on ne peut plus radieux, un grand sourire heureux, chaleureux et amical ; s'il avait été un chien, il aurait été en train de remuer la queue.
La carte dans les mains, surpris et confus, Islande ne réussit qu'à bafouiller un remerciement maladroit. Ce vieux Turc étrange... était gentil. Il avait eu l'air menaçant, inquisiteur et quelque peu étrange, mais... en réalité...

« Merci beaucoup. »

Empli de gratitude, de fatigue, de soulagement, Islande s'inclina brièvement en avant. Il s'était inquiété pour rien ! Tout ce cinéma, tous ces mystères pour une simple carte de bibliothèque ! Rien de plus qu'une carte !
Il en eut presque envie de rire. Mais se retint. Serrant la carte contre lui, il prit ses jambes à son cou, laissant le vieux Turc dans son petit coin privilégié, sous la douce chaleur du soleil de fin de journée, livre de vaquer à ses occupations illicites sans un petit Islandais dans les pattes. Islandais qui se sentait curieusement content et soulagé, euphorie résultant probablement de son état de fatigue.
Il redescendit rapidement l'escalier, se réfugiant dans son dortoir pour ranger la fameuse carte – avant de l'égarer de nouveau. Ses camarades n'étaient pas encore rentrés de leur journée, mais il referma tout de même le rideau isolant son lit du reste de la pièce avant de s'allonger, sans même prendre la peine de retirer la veste de son uniforme.

Sans doute était-il trop optimiste, mais Islande sentait qu'il n'y avait rien à craindre de la part de Turquie. Cette nation un peu trop grande pour son bien était aussi inoffensive qu'un gros chat : tant qu'on ne l'ennuie pas, il garde ses griffes bien rangées.
Aucune chance cependant qu'Islande tente de l'ennuyer : il tenait un peu trop à la vie pour cela. Mais sans doute tenterait-il de lui parler de nouveau... à l'avenir... probablement.
Il se sentait curieux. Curieux d'en apprendre davantage sur ce méditerranéen d'apparence si inquiétante, qui fumait tel un rebelle tout en rendant les cartes de bibliothèque. Il ne se trouvait pas dans sa classe, malheureusement.
S'il-vous-plaît. Faites que je puisse le voir encore, pour lui parler. Une toute petite fois.

Ce fut la seule pensée cohérente qu'il parvint à formuler avant de se laisser couler dans la confusion du sommeil.
Une toute petite fois...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chien-Shiung Wu
Âge : 28
Club : Club de cuisine
Dortoir : Lev Tolstoy

Devoirs en cours :
♦️ Show me how to make him say yes ! (feat South Italy)
♦️ Mission pour le club de cuisine ! (Ft. France, Turquie, Italie)


Devoirs terminés :
♦️ Quand "plus jamais" rime avec "seconde fois" || Ft. Turkey
♦️Look like it's time to oil up ! (Feat Danemark)
♦️Event Halloween - Quand une malédiction s'invite à l'Académie...
♦️ Prohibited meeting in the darkness of night (feat Islande)
♦️The grass is greener... at home [Eire]
♦️Et si "voyage" rimait avec "naufrage" ..? [Sweden & Turkey]
♦️April Fool - The Mochi's missions! (feat Bahamas & Amérique)

avatar
Turkey
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Ven 13 Mar - 23:39

Prohibited meeting in the darkness of night


Contre toute attente, la première réaction qu'eut son vis à vis ne fut pas de le remercier poliment en disant qu'il s'était fait du soucis après avoir remarqué la disparition de la fameuse carte; mais plutôt de porter sa main sur l'une des poches arrière de son uniforme pour vérifier la véracité de ses propos.
Evidemment, celle-ci se trouva être aussi vide qu'un champ de bataille Italien. A quoi s'attendait-il? Qu'elle ait mystérieusement réapparue dans sa poche? Ou alors qu'il ait menti et que ce qu'il tenait actuellement dans sa main se trouvait être un de ses jouets de farce et attrape?
Honnêtement, les gens pensaient encore qu'il agissait comme le petit vauriens qu'il était il y a quelques années? Ne voyaient-ils pas qu'il avait changé depuis le temps? Qu'il s'était grandement assagit et que tout ce qu'il voulait désormais, c'était avoir des amis avec qui plaisanter, s'amuser et surtout être entouré de plein de monde comme dans sa petite enfance, et que les gens l'aiment bien et... et... Il s'égarait.

Comprenant que non, définitivement cette carte était bien la vraie et que ce n'était en rien un traquenard, le jeune Islandais leva les yeux vers lui et Sadik lui sourit doucement afin de le mettre en confiance et lui prouver une dernière fois qu'il n'y avait aucun but néfaste derrière tout ça.
Il lui mis d'ailleurs la carte dans les mains car le jeune homme semblait ne pas réagir. C'est aussi à ce moment qu'il se décida à parler pour le remercier de façon maladroite et intimidée.

Sadik sourit de plus belle, plus que content d'avoir fait une bonne action et d'être monté dans l'estime de quelqu'un qu'il aimait bien; du moins de son point de vue.
Islande s'inclina légèrement et le remercia de nouveau avant de décamper vite fait d'ici, la carte de bibliothèque tenue fermement dans sa main, comme par peur de la perde de nouveau.
L'ainé se retrouva donc seul dans les hauteurs silencieuses , loin du tracas académique quotidien.

Ne comprenant pas pourquoi il avait réagit ainsi, le Turc se gratta l'arrière de la tête avec un air d'incompréhension et de surprise sur le visage.
Le Turc resta ainsi un long moment à regarder la porte grise, un peu grinçante et encore à moitié ouverte, après que l'Islandais soit parti en l'empruntant.
N'ayant pas très envie de réfléchir et mettant le fait qu'il soit si timide et pas vraiment bavard sur le fait qu'il venait du nord (C'est bien connu que le froid ça gêle tout même la bouche et ça pousse les gens à vivre enfermé et reclus à cause du trop plein de neige etc..); il se décida enfin à bouger un peu pour plusieurs raisons: il commençait à faire nuit, il avait faim, et surtout il devait absolument prendre une douche vu qu'il s'était directement rendu sur le toit sans passer par la case propreté tout ça pour arriver à l'heure (ou presque) en rendez-vous qu'il avait lui même donné.

D'un pas décidé, il prit le même chemin que son camarade plus tôt, en refermant bien la porte derrière lui pour ne laisser aucune trace de leur passage avant de vaquer à ses occupations.
Il trouva juste un peu dommage que l'entrevue ait été si courte, il avait bien aimé leur pseudo conversation et il sentait que le petit pouvait être une oreille attentive, de bon conseil et à coup sur un bon ami.
Vraiment, il faudrait qu'il le revoit un de ses jours.


Il ne savait plus combien de jours ou de semaines avaient passé depuis leur dernier dialogue sur le toit; mais désormais il venait régulièrement grimper là haut.
Pourquoi? Il ne savait pas vraiment; il tuait le temps comme il pouvait, évitait de devoir ramener sa carcasse dans ces salles si tristes, sans âmes et ennuyeuses à mourir avec la plupart du temps des cours à faire disparaître un Prusse de la carte pour la deuxième fois.

Il se retrouvait donc là, le dos appuyé contre la grille qui séparait son corps du vide avec un bon terrain plat et dur quelques étages plus bas, à fumer tranquillement.
Il s'amusa à faire des ronds de fumée avant de souffler longuement tout l'air qu'il lui restait dans les poumons.
Il regarda ensuite le ciel qui commençait à s'assombrir rapidement et dont les journées raccourcissaient à vu d’œil au fil des jours.
Le temps aussi se faisait plus frais en ce moment; l'automne pointait le bout de son nez, et l'hiver ne tarderait pas non plus à arriver avec ses grands sabots. Rien qu'à l'idée de devoir passer cette saison une fois de plus fit frémir Sadik. Par Allah ce qu'il pouvait haïr le froid autant que le Grec.
L'hiver signifiait la mort pour nombres d'organismes, c'était aussi un peu le cas pour lui.

En plus, il allait devoir se trouver un autre endroit tranquille, chaud et douillet dans lequel il allait pouvoir vaquer à ses différentes occupation sans être gêné par les autres élèves, surveillants ou même le directeur en personne!
Et puis se ramasser des heures de colles ou un blâme, non merci, il avait déjà donné!

Il avait beau chercher, mais aucun lieu ne lui venait à l'esprit à part sa chambre, mais ces chers colocataires ne le laisseraient jamais faire à sa guise là dessus.
Il soupira.
Il était dans un lieu immense avec toutes sortes de pièces et lieu aussi divers que variés et n'était même pas foutu de trouver un lieu pour fumer et picoler!
Sur cette pensée que personne ne devrait suivre, Sadik entendit un léger cliquetis provenant de la seul entrée (qui servait aussi de sortie) menant au toit.
Il tourna vivement la tête dans la direction du bruit en laissant tomber sa cigarette et en l'écrasant rapidement. On n'était jamais trop prudent.

Contre toute attente, c'est une tête connue et non classée dans la liste rouge qui apparut dans l'entrebaîllement de la porte. Il s'agissait de l'Islandais.
Cela le surprit beaucoup, le Turc n'avait pas du tout l'habitude de voir du monde ici, et surtout lui qui s'il s'en souvenait bien préférait la bibliothèque.
Mais il se ressaisit bien vite et laissa transparaître son contentement de le voir ici par un large sourire.
Sadik lui fit un petit signe de la main et lui adressa la parole avec ces mots qu'il utilisait si souvent pour lui:

"Selam bocchan!"


(C) Mini BN sur Epicode.

_________________
Je sais que tu meurs d'envie de cliquer~:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   Sam 14 Mar - 14:40

Les jours, puis les semaines se succédèrent sans qu'Islande ne puisse revoir Turquie. Les cours d'été, fatigants mais essentiels à la réussite de son année eurent autant raison de lui que l'insupportable chaleur ambiante : les moindres heures de libres en journée le poussaient à se réfugier à la cave, ou près du potager, seuls lieux frais et déserts de l'académie. Alors que le soleil foudroyait tout ce qui vivait ici bas, Is, allongé contre la pierre fraîche, lisait, travaillait. Écrivait, aussi. Il songeait aussi peu que possible à l'été islandais, à ses oiseaux, à sa mer fraîche, à sa plage favorite où il était capable de rester des heures sans que sa peau n'en souffre.
Tout était différent, ici. Il devait s'enduire le nez de crème solaire à chaque sortie avec le professeur de biologie et il n'était pas question de s'endormir au soleil !
Long, mélancolique, pesant de chaleur et d'ennui, l'été s'écoula longuement, laissant un Islandais épuisé accueillir avec grand bonheur les premiers vents frais de l'automne, qui se faisait paresseusement attendre. Au fond de son esprit, il n'oubliait pas le vieux Turc, la carte de bibliothèque et la soirée d'intimité passée ensemble qui revêtait, comme le voile du souvenir le recouvrait et l'embellissait, des allures magiques. Un homme délicat et attentionné, cigarette coincée entre deux doigts, le regardait sécher des larmes sous la lumière froide et indifférente de la lune. Et lui rapportait un objet précieux qu'il avait stupidement égaré. Oui... Avec le recul, tout cela se colorait d'une teinte bleutée bien idéale. Il lui semblait même, avec le temps, que Turquie prenait en lui une importance toute particulière. Il le considérait comme un ami, un bon camarade, digne de confiance, gentil, altruiste. Et cool. Il fumait, buvait en secret. Il était cool. Bien plus cool qu'Islande le serait jamais. De plus, ce masque, qu'il portait, l'intriguait. La jeune nation savait pertinemment que tout ceci n'était pas la réalité, mais il ne pouvait retenir ces élans de curiosité.
Tout ceci ne fut d'ailleurs jamais ouvertement formulé ailleurs que sur le petit cahier qu'Islande emplissait de fragments de textes, de poèmes dans sa langue natale ou en anglais, plus rarement, lorsqu'il se moquait que qui que ce soit comprenne. Les quelques descriptions – brèves, ratées – de Turquie pouvant y apparaître demeuraient strictement en islandais. Par précaution.

« Un profil noble, au nez fort et droit tel que les avaient ces guerriers fiers... »
« ...fiers guerriers... »
« ...menton prononcé... »
« ...peau brune des gens du sud, aux nuances dorées... »
« ...mains fermes et robustes, fortement striées... »

Des idioties sans la moindre qualité littéraire qu'il tenta quelques fois d'organiser, l'image du modèle fermement imprimée dans la tête, la copie papier jamais à la hauteur. Sans doute avait-il perdu la main, à délaisser ses grandioses sagas épiques. Il se consolait de ses échecs en se disant qu'il n'avait pas encore embrassé toute la complexité du personnage, et ne pouvait donc encore le dépeindre correctement. Ce qui ne devait pas être éloigné de la réalité, après tout.
Une après-midi estivale, mais non moins remplie de cours particuliers de littérature, Shakespeare laissant la place à Tolstoï, puis à Yoshikawa et Hugo, Islande refermait un cahier dûment griffonné de notes lorsque lui vint l'idée qu'il pourrait revoir Turquie. Le soleil, affaibli par la fin de saison, permettait enfin un peu de répit aux élèves à la peau sensible, tout en demeurant suffisamment chaud pour qu'un félin turc ait envie de s'y faire dorer le ventre. Il jeta un œil distrait par la fenêtre, rangeant ses affaires. Oui. Il en avait envie, et, l'été touchant à sa fin, il n'avait pas de devoirs pour le lendemain.
Il passa par son dortoir déposer ses affaires et retirer le maudit tricot de son uniforme (L'administration voulait la mort des élèves. Ou bien poussait la sélection naturelle, au choix.) pour aérer sa chemise à manches courtes, déposant son sac au passage. Comme chaque soir, il rangea précautionneusement manuels et cahiers à leur place pour éviter de les laisser s’abîmer pendant la nuit. Littérature européenne, Les classiques russes, La Pierre et le Sabre, un recueil de nouvelles de Tolstoï trouvèrent leur juste place sur l'étagère, prêt à dormir sagement en attendant qu'on vienne les chercher pour de nouvelles révisions.
Un peu d'eau froide passée sur le visage et Islande prit les escaliers, sans se presser, ignorant les battements de son cœur stupide, si peu habituée à intéragir qu'il ressentait de la nervosité à la simple idée de voir un camarade. Il n'avait pas songé à prendre le moindre cadeau de remerciement, ou de courtoisie, mais, après tout, le toit n'était pas le salon du vieux Turc, et rien ne lui garantissait que ce dernier y serait de toute façon.
Arrivé aux dernières marches, il posa une main moite sur le métal tiède de la poignée de la porte bloquant l'accès au toit, pour l'abaisser sans rencontrer la moindre résistance. Ce n'était pas verrouillé, comme cela aurait dû normalement l'être. Se pouvait-il que...

Les dalles blanchâtres du toît commençaient à rougir, encore chaudes de leur exposition prolongée au soleil, comme le soir tombait, allongeant les ombres du grillage, et celle, imposante, du Turc, qui, avec l'air le plus satisfait du monde, le salua d'un geste qui lui sembla désinvolte.

« Selam bocchan ! »

Sourire radieux, attitude détendue, amicale, qui l'invitait à s'approcher. Il le revoyait enfin, et quel accueil ! Il semblait l'avoir patiemment attendu tout ce temps, ne doutant pas une seconde qu'il reviendrait précisément ce soir.

« Désolé, souffla Islande. Désolé, pour le retard. »

Il referma la lourde porte derrière lui pour s'avancer en direction du Turc, les mains nerveusement jointes dans le dos, le regard évitant soigneusement de le regarder. Il ne voulait pas fuir. Oh non, bien loin de là... Mais une certaine impatience doublée de l'inquiétude diffuse de se voir rejeté se faisait bien malgré lui sentir.

« Vous devez avoir des choses intéressantes à raconter, le vieux. »

Il leva les yeux pour le dévisager, espérant que le Turc lui pardonnerait des mots si maladroit et prendrait le temps de le laisser assouvir sa curiosité toute neuve pour lui. Ils avaient toute la nuit pour cela, à l'abri dans ce lieu privilégié, où, isolés, on ne viendrait jamais les déranger.
Il était patient.
E-Enfin, il s'en fichait, après tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prohibited meeting in the darkness of night - feat Islande [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une longue nuit au Heaven's Night Feat Shinji
» you took my hand through the night (feat Siwiwi)
» De nouveaux horizons [ feat Hakuryuu ] [TERMINÉ]
» Un nouveau voyage [ feat. Hakuryuu ] [terminé, suite archipels]
» Saturday Night Fever [Nat - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia World Academy :: Bac à sable :: Devoirs et discussions au café archivés-