Hetalia World Academy

«  Il n'y a point de génie sans un grain de folie. »
 
FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps des philosophes [PV Grèce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Sam 18 Juil - 16:24

C’était une journée ensoleillée d’été. Dans le parc de l’académie, plusieurs élèves traînaient, faisaient bronzette sur l’herbe sèche ou s’adonnaient à des activités d’extérieur. Pour sa part, Monaco avait choisi de réviser. Et oui, pas de repos pour la monégasque ! Si elle voulait rester au top de la liste des meilleurs élèves de l’académie, elle devait faire marcher son cerveau autant qu’elle le pouvait. L’année prochaine s’annonçait difficile, il lui fallait donc acquérir toutes les connaissances possibles d’ici la rentrée.

Assise à l’ombre d’un arbre, vêtue d’une robe pêche dont le bas lui arrivait jusqu’aux genoux, elle écrivait sur un carnet toutes les notes qui lui semblaient nécessaires et qu’elle piochait sur divers livres posés en face d’elle. Elle avait décidé de commencer à réviser en s’attaquant à tout le programme d’Histoire, de la Préhistoire à la Guerre Froide. Elle entrait désormais dans la période de l’Antiquité et se penchait sur la Grèce antique. Monaco trouvait cette période de l’Histoire remarquable, avec ses philosophes pleins de sens et leurs coutumes intéressantes – quoi que barbares sous certains angles. Les Athéniens avaient été les premiers à instaurer une démocratie, et même si elle était loin d’être parfaite, elle indiquait la puissance et la sagesse de leur peuple. La Grèce antique était une des deux périodes durant laquelle Monaco aurait bien voulu vivre si elle n’était pas née au 21ème siècle, l’autre étant l’époque victorienne.

Au bout de quelques minutes, le cerveau ébouillanté non seulement par la concentration mais aussi par la chaleur, elle décida de s’accorder une pause. Elle accrocha son stylo à la page de son carnet, le referma et le posa sur l’un des livres, puis se leva pour se diriger vers la fontaine d’eau potable mise à disposition non loin de là. Personne ne lui volerait ses bouquins en toute logique, puisqu’étant en vacances, les étudiants éviteraient autant que possible quelque chose qui leur rappellerait que deux mois de pause, c’est éphémère, et que la vie d’un humain se constitue en trois mots : métro, boulot, dodo. Quand elle s’approcha de la fontaine, la jeune fille activa le robinet, mis ses mains sous la petite cascade fraîche pour récupérer autant de liquide possible puis apporta le tout à ses lèvres pour en boire le contenu.

Elle ne se doutait pas que pendant ce temps, quelqu’un en avait profité pour s’approcher de ses affaires…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Ven 24 Juil - 10:13

Rencontre divine


Héraclès aimait beaucoup la chaleur, cela lui rappelait son pays natal, et de ce fait il en profitait pleinement quand cette dernière daignait se manifester. C'est pour cela qu'il se baladait tranquillement dehors avec sa tonne habituelle de chat autour et sur lui, bien que les félins n'aiment pas autant que lui l'été avec leur épaisse fourrure ils ne pouvaient se séparer de lui. Il y avait beaucoup d'élève autre que lui qui profitaient de la chaleur, la plus part se divertissaient et ce fut pour cette raison qu'il trouva étrange quelqu'un en train de travailler, surtout pendant les vacances d'été.
Le Grec se rapprocha doucement de la jeune demoiselle qu'il voyait travailler mais cette dernière s'en alla, en laissant ses affaires, avant qu'il ne soit à hauteur et ne puisse lui adresser la parole.
Décidant qu'elle allait bien revenir pour ses affaires, Héraclès se rapprocha encore jusqu'à voir ce qu'elle étudiait, la Grèce Antique ? En plus d'être belle (du peut qu'il avait vu en tout cas) cette fille avait du goût.
Le Méditerranéen s'assit à côté des livres et attendit patiemment le retour de la demoiselle qui ne se fit pas tarder. Il n'avait vraiment pas eu le temps de regarder pour dire qu'elle était belle, elle était bien plus que cela. Elle était tellement belle qu'elle pouvait rivaliser avec ses Déesses. Elle lui rappelait quelqu'un mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus, peut-être que ça allait lui revenir plus tard.
En attendant, il n'y avait aucun moyen pour qu'il ne tente pas de la draguer.

«  Bonjour. J'ai vu que tu étudiais, ce qui est assez rare en cette période de l'année, et que tu t'intéressais à la Grèce Antique. En plus d'être aussi belle qu'Aphrodite serais-tu aussi intelligente qu'Athéna ?  »

Si elle étudiait la Grèce Antique elle devrait normalement comprendre les références, si ce n'était pas le cas il en serait déçu. Qu'un instant. Il se ferait un plaisir de lui dire tout ce qu'il savait de cette époque qui était la plus glorieuse que la Grèce ait jamais connu.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Ven 24 Juil - 13:10

Quand Monaco revint vers ses livres pour continuer son travail, elle ne s’attendait absolument pas à y trouver quelqu’un. Elle fut même prise d’une surprise telle qu’elle s’arrêta dans son élan. Ses yeux bleus se posèrent sur l’inconnu une fraction de secondes, juste le temps de l’étudier. Même s’il était assis, elle pouvait déjà deviner qu’il était plus grand qu’elle, et même musclé. Sa chevelure châtain était plus longue que certains élèves masculins de l’académie, mais contrairement à France, par exemple, les siens n’étaient que mi  longs, et ils avaient la particularité d’avoir une mèche en double boucles au-dessus du crâne. Quant à ses yeux qui n’affichaient pas grand-chose en expression, ils brillaient d’une belle couleur verte.

Elle allait lui demander ce qu’il faisait près de ses livres, quand c’est lui qui parla le premier :

« Bonjour. J'ai vu que tu étudiais, ce qui est assez rare en cette période de l'année, et que tu t'intéressais à la Grèce Antique. En plus d'être aussi belle qu'Aphrodite serais-tu aussi intelligente qu'Athéna ? »

… Oh.

Sur le coup, Monaco ne sut que répondre. Quelle question étrange ! Et surtout… jamais aucun garçon ne lui avait fait de compliment. Enfin, du moins, pas aussi directement. Celui-ci, qu’elle connaissait à peine, la comparait avec deux des plus fameuses déesses de l’Antiquité grecque, Aphrodite, déesse de l’amour et de la beauté, et Athéna, déesse de la sagesse. Etait-il lui aussi un amateur de la Grèce antique, pour faire de telles comparaisons ? En attendant, cela la toucha malgré elle et elle put sentir ses joues rosirent d’embrassement. Elle toussota pour reprendre ses esprits.

« Eh bien, complimentez-vous toujours les jeunes filles ainsi, lorsqu’elles révisent durant leurs vacances scolaire ? »

Ce n’était pas dit d’un ton méchant, juste curieux. Malgré les apparences, ce garçon semblait renseigné sur le sujet. Et puis, bon, il faut dire qu’il était bien bâti et qu’il avait un visage charmant. Quand elle baissa les yeux vers le sol, elle fut surprise de constater qu’une bonne dizaine de chats entouraient le jeune homme et ronronnaient près de ses genoux. Elle avait entendu parler d’un élève fan des félins… qui s’appelait…

« Ne seriez-vous pas Grèce, par hasard ? » demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Sam 25 Juil - 8:33

Artémis?


Le Grec eut un petit sourire en voyant la jeune fille rougir à ce qu'il venait de dire, elle avait donc compris son compliment et elle n'en était que plus belle avec les joues rosit.

« Eh bien, complimentez-vous toujours les jeunes filles ainsi, lorsqu’elles révisent durant leurs vacances scolaire ? »

«  Seulement celles qui attirent mon attention. »

Héraclès la vit regarder ses félins et il se demanda si elle les aimait bien, si ce n'était pas le cas il n'aurait pas envie de lui parler plus longtemps. Critère qui semblait peut-être sévère et restrictif mais le Grec ne se voyait pas se lier à quelqu'un qui n'aimait pas une des choses les plus importante pour lui.

« Ne seriez-vous pas Grèce, par hasard ? »

«  Oui. Tu les aime ?  »

La demoiselle ne semblait pas détester les chats et cela avait l'air réciproque, Héraclès le remarquait bien vite si ses précieuses boules de poil n'aimaient pas quelqu'un et quand c'était le cas c'est qu'ils avaient une très bonne raison pour.
Plus le Méditerranéen regardait la jeune fille devant lui plus elle lui rappelait quelqu'un, voyons, cheveux blonds et yeux bleus...
Il pris gentiment une de ses mèches de cheveux et la caressa avant de comprendre qui elle était.

«  Tu ne serais pas de la famille de Francis ? Tu lui ressemble beaucoup. Une beauté à coupé le souffle, des cheveux aussi soyeux que de la soie et de magnifiques yeux bleus.  »

Héraclès trouvait le français tellement beau que dans sa tête il le comparait à Apollon, bien sûr il n'allait pas dire cela à quelqu'un qu'il essayait de draguer, ce n'était pas une chose à dire. Et cette personne devait encore moins savoir qu'il avait peint Francis presque nu sous les traits d'Apollon, cela ne jouerait absolument pas en sa faveur.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Sam 25 Juil - 15:03

A sa première question, le jeune homme lui répondit :

« Seulement celles qui attirent mon attention. »

C’était donc officiel, il la draguait. Pourtant, Monaco ne savait pas vraiment ce qu’il pouvait lui trouver physiquement parlant. Elle était trop petite pour son âge, un défaut qui la dérangeait en plusieurs occasions, et ses formes n’étaient pas aussi généreuses que beaucoup d’autres étudiantes de l’académie. En plus, elle devait porter des lunettes à cause de sa myopie  –  bien que pour la majorité du temps, ce détail ne la dérangeait pas.

Puis, lorsqu’elle lui demanda si son identité n’était pas par hasard Grèce, et qu’il lui répondit positivement, il lui demanda si elle aimait ses chats. Alors elle s’agenouilla non loin de lui, près de l’un des félins qui se prélassait dans l’herbe et qui leva son regard curieux vers elle. Quand elle approcha la main vers lui, il la renifla d’abord, puis lui fit comprendre qu’il voulait bien qu’il la caresse en appuyant sa joue contre les doigts frêles de la jeune fille. Elle le gratouilla donc pour le plus grand plaisir de l’animal. Elle ne put s’empêcher de sourire.

« Ils sont mignons, en tout cas, et ils semblent avoir bon caractère. »

Tout à coup, elle sentie qu’on lui prenait délicatement une mèche de cheveux. Elle leva les yeux vers le grec qui caressait sa chevelure aux couleurs mielleuse, comme s’il l’analysait au touché. Il étudia aussi le visage de la monégasque avec beaucoup d’attention, ce qui la mit un peu mal à l’aise. Mais elle n’essaya pas non plus de s’écarter, curieuse de savoir ce à quoi le jeune homme réfléchissait.

«  Tu ne serais pas de la famille de Francis ? » demanda-t-il enfin.  « Tu lui ressemble beaucoup. Une beauté à couper le souffle, des cheveux aussi soyeux que de la soie et de magnifiques yeux bleus.  »

Ah, ça… Effectivement, France et elle partageaient beaucoup de points communs physiquement. Quand on les mettait côte à côte, on devinait tout de suite qu’ils étaient de la même famille. Sur le plan caractériel, en revanche, c’était une autre histoire, puisque la cadette ne ressemblait pas du tout à son aîné sur ce point-là.  Elle dissimula à nouveau sa gêne et répondit avec confidence :

« Je suis sa petite sœur, Monaco. »

Elle continua à caresser le chat qui ronronna à ses pieds, heureux d’être chouchouté.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Dim 26 Juil - 13:18

Test d'intelligence


La belle demoiselle aimait ses chats. Cette révélation ne fit que la faire encore plus apprécier du Grec, il la regardait caresser un de ses félins et fit un petit sourire. Ils l'aimaient bien donc elle devait être quelqu'un de bien.
Héraclès pris plusieurs chats dans ses bras et les cajola tout en regardant la demoiselle qui s'était finalement présenté à lui.
Monaco. Petite sœur de Francis. Pas étonnant qu'elle lui ressemblait autant et que le Grec était autant attiré par elle. Il aimait beaucoup Francis et aurait sans doute essayer de sortir avec si il n'avait pas d'yeux que seulement pour un certain anglais. Mais qui était-il pour remettre les décisions de Cupidon en cause ? Ce dernier devait sans doute avoir prévu quelqu'un d'autre pour lui et peut-être que ce quelqu'un était la sœur de celui qui l'avait tant attiré, cela ferait sens.

«  Monaco ? Puis-je savoir ton nom humain ? Moi c'est Héraclès, comme le héros Grec demi-dieu. »

Le Méditerranéen réfléchit à ce qu'il savait sur la nation présente, il ne connaissait pas beaucoup de micronation mais Monaco était assez célèbre pour ses casinos et en formule 1 aussi. Il avait souvent entendu parler de ce pays à la radio quand il était allé en vacances en France. Si il se souvenait bien c'était situé dans le sud de la France donc elle devait avoir une température chaude tout comme dans son pays, un point commun. Sinon il ne savait vraiment que peu de choses et ne pouvait guère parler de ce pays avec la jeune demoiselle, c'était elle qui allait devoir lui apprendre des choses dessus.

«  Est-ce que ça ressemble beaucoup à la France, Monaco ? En tout cas il doit y faire bon si c'est dans le sud, je suppose que tu aimes la chaleur alors ? J'adore ça. Je ne supporte pas le froid. »

A la pensée de froid Héraclès resserra sa prise sur ses félins pour ressentir leur chaude et douce fourrure contre lui, qu'est-ce qu'il ferait sans ses précieuses boules de poil en hiver ? Il mourrait de froid très certainement. Les autres ont beau vanté les mérite des radiateurs ou climatiseurs, cela n'avait rien à voir avec la chaleur que pouvait apporter un chat et le Grec préférait largement cette dernière.
Héraclès se remit à observer Monaco et plus il la regardait plus il la trouvait belle, enfin la beauté ne faisait pas tout même si elle aidait grandement, il voulait savoir aussi à quel point elle était intelligente. Si elle était très intelligente alors là il ne voyait pas comment il ne pourrait pas tomber sous son charme.

«  Si tu devais choisir entre une arme imbattable, une pierre qui peut faire revivre les morts ou une cape d'invisibilité qu'est-ce que tu choisirais? »

Le Grec était sûr qu'avec une question pareille qui demande beaucoup de réflexion et de prise en compte d'un grand nombre d'élément il allait pouvoir savoir assez fidèlement si Monaco était une personne intelligente. Bien sûr il se fichait de son niveau exactement, tout ce qu'il voulait c'était savoir si elle était aussi intelligente que Danemark ou si elle était bien au dessus de cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Lun 27 Juil - 12:21

« Monaco ? Puis-je savoir ton nom humain ? Moi c'est Héraclès, comme le héros Grec demi-dieu. »

Elle se tourne à nouveau vers lui, quelque peu surprise par la question. Toutes les nations avaient aussi une identité humaine, mais il était rare qu’ils la révèlent à quelqu’un qui n’était pas très proche d’eux. Les nations s’appelaient par leurs noms de pays, pour l’étiquette. Il n’était donc pas commun de s’appeler par ses prénoms humains dans cette académie. Mais il venait de lui donner le sien, et l’étiquette voudrait qu’elle en fasse de même. Etait-ce cependant prudent ? Elle le connaissait à peine, malgré ses beaux compliments qui la déstabilisaient. Elle resta silencieuse pendant quelques secondes, pesant le pour et le contre…. Avant de, finalement, se dire qu’après tout, il n’y avait pas grand risques.

« Mon nom humain est Charlotte. Comme la Princesse Charlotte de Grimaldi de Monaco, mère du prince Rainier III. »

Pas sûr qu’il sache exactement de quoi elle parlait. Les étrangers ne savaient pas grand-chose de l’histoire de sa Principauté. Tout ce qu’ils retenaient du micro État, c’était ses casinos et ses formules 1. D’ailleurs, Grèce ne tarda pas à lui demander des choses sur son pays.

« Monaco a mis bien des années avant de trouver une réelle indépendance, donc oui, il y a quelques ressemblances avec la France. Seulement, Monaco est une Principauté, contrairement à la France qui est une République. Quant au climat, il est méditerranéen, donc en été il y fait très chaud. Mais j’imagine que la température est plus haute chez vous ? »

Le grec avait resserré quelques félins contre lui, comme s’ils pouvaient lui apporter plus de chaleur que ce que le soleil créait déjà. Même si Monaco était une méditerranéenne, et donc savait mieux supporter le chaud que le froid, elle se découvrait autant que la bienséance le lui permettait lorsque la température devenait trop élever à son goût.

Puis, il lui posa une nouvelle question…  Et celle-ci, il fallait le dire, était vraiment étrange. Ce qu’elle choisirait entre une arme imbattable, une pierre pouvant refaire vivre les morts et une cape d’invisibilité ? La réponse lui paraissait évidente, mais tout de même… A moins qu’il ne la testait, pour voir si elle en valait réellement le coup ? Elle ne serait pas surprise, après tout.

« Je prendrais la cape d’invisibilité. L’arme imbattable me permettrait de battre tous mes ennemis, mais je pourrais être corrompue par son pouvoir et des personnes malhonnêtes me donneraient la vie dure pour me la dérober, et tenteraient même de m’assassiner. La pierre me servirait à revoir des êtres chers, mais on ne peut défier la mort sans en payer le prix, puisque la mort est un acte naturel d’un cycle qui ne doit surtout pas être brisé, et mon action serait purement égoïste. La cape d’invisibilité, en revanche, me permettrais simplement de me dissimuler aux yeux de mes ennemis, et de fuir les dangers. Je ne fais de mal à personne, ni à moi ni aux autres. »

Voilà, c’était sa réponse. Ne restait plus qu’à savoir si elle plairait à Grèce ou non.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Jeu 30 Juil - 13:55

Proposition


Monaco lui révéla son nom humain ainsi que les liens royaux de ce nom dans son pays. Pour lui, Charlotte c'était la nouvelle princesse d'Angleterre et il ne savait pas que des nobles monégasque avaient porté ce nom, en fait il ne connaissait surtout rien à la noblesse de Monaco donc il ne risquait pas de le deviner. Et puis pour lui la noblesse d'un pays n'était pas très important, son pays n'était pas habitué à idolâtré les nobles comme d'autres le faisait, lui c'était plus les philosophes et les magistrats.

« Monaco a mis bien des années avant de trouver une réelle indépendance, donc oui, il y a quelques ressemblances avec la France. Seulement, Monaco est une Principauté, contrairement à la France qui est une République. Quant au climat, il est méditerranéen, donc en été il y fait très chaud. Mais j’imagine que la température est plus haute chez vous ? »

«  Je pense oui, il y fait aux alentours de 30°C en été et la température ne descend pas souvent au dessous de 10°C en hiver. Donc à part en montagne je n'ai pas de neige. »

Ce qui ne le déplaisait absolument pas. Le Grec préférait largement la chaleur au froid et la neige avait beau être belle, elle était froide ainsi que l'air ambiant autour d'elle.
Monaco répondit ensuite à la question d'intelligence à laquelle il avait pensé et sa réponse ainsi que son explication le satisfit tout à fait. La cape était la réponse la plus sage d'entre les trois et cela prouvait donc qu'elle était intelligente pour l'avoir choisit.
Héraclès avait donc de plus en plus envie de sortir avec elle même si il ne la connaissait toujours que très peu, le peu qui l'attirait été suffisant, il doutait qu'il trouve quelque chose qui le repousse assez pour ne pas vouloir d'elle. Le point le plus important, elle aimait les chats, était rempli, le suivant pour lui était l'intelligence et elle l'avait et puis elle était délicieusement belle, que pouvait-elle avoir pour le repousser ? Il ne perdait rien à essayer en tout cas.

«  Est-ce que tu voudrais bien sortir avec moi ? Tu me plaît. »

C'était peut-être un peu tôt et il allait sans doute se faire rembarrer mais tant pis, il verrait au moins par sa réponse si elle était intéressé ou non. Si c'était le cas il lui redemanderai plus tard et sinon... Il essayerait encore quand même.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Sam 1 Aoû - 19:44

30°C en été et pas moins de 10°C en hiver ? Effectivement, la Grèce semblait être l’endroit idéal pour passer des vacances très chaudes en famille. La monégasque se voyait déjà abattue par le soleil brûlant, plus lourd que celui qui s’embrasait au-dessus de leurs têtes à cet instant-là. Si elle devait partir dans cet autre pays méditerranéen, elle devrait s’armer de bouteilles d’eau, de ventilateurs et peut-être même d’un frigo où passer ses nuits.

En tout cas, la réponse à sa question étrange paru plaire Grèce. Du moins, c’est ce qu’elle en conclu en voyant son regard satisfait. Mais quelque chose intriguait Monaco. Pourquoi diable voulait-il qu’elle réponde à ce petit questionnaire singulier ? Est-ce qu’il allait lui demander autre chose, d’ailleurs ?

« Est-ce que tu voudrais bien sortir avec moi ? Tu me plaît. »

… Attendez, quoi ?!

Sitôt la question posée, la jeune fille afficha un regard à la fois choqué et gêné. Ses joues venaient de prendre une teinte écarlate. Abasourdie par la question, elle ne sut que répondre. Mais… mais ils venaient à peine de se connaître ! Et il voulait sortir avec elle ? C’était franchement précipité ! Deux personnes doivent d’abord en savoir plus l’un sur l’autre avant de prendre une telle décision ! L’amour est un sujet sérieux, bon sang !

« Euh… » bafouilla-t-elle, « Je ne veux pas vous offenser, m-mais nous nous connaissons à peine. Je ne peux pas sortir avec étranger ! »

Ça allait peut-être lui faire de la peine, ou peut-être le mettre en colère, mais elle s’en fichait. Ce garçon semblait gentil, et il était vraiment bien battit, mais non, elle ne pouvait pas se permettre de sortir avec le premier venu, quand bien même elle enviait tous ces jeunes déjà en couple. Elle était une jeune responsable, qui savait réfléchir avant de faire des choix précipités. Aussi flattée qu’elle puisse l’être, puisqu’elle semblait plaire à au moins un garçon, elle ne connaissait rien de lui du tout.

« Et de toute façon, j’ai mes propres règles. Je ne sortirais qu’avec un garçon capable de me battre à un jeu de cartes. »

Parce que Monaco aime le défi, et si un homme est capable d’être son égal dans ses hobbies, voire d’être plus fort, alors elle l’estimera à sa hauteur. Pas sûr que le grec soit un as aux jeux de cartes…
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Lun 3 Aoû - 13:18

Défi


Héraclès vit Monaco rougit à sa proposition et il savait au moins qu'elle était flatté par sa demande et qu'il aurait une chance que cela se réalise. Elle refusa car ils ne se connaissaient pas assez, donc si ils se connaissaient plus que cela peut-être voudrait-elle ? Il serait patient dans ce cas.

« Et de toute façon, j’ai mes propres règles. Je ne sortirais qu’avec un garçon capable de me battre à un jeu de cartes. »

Alors ça il ne s'y attendait pas. Il sentit ses espoirs s'envoler petit à petit, il n'était pas sûr d'être à la hauteur pour la battre à un jeu de carte. Non pas qu'il était nul dans le domaine mais la principauté avait pour réputation d'être très doué dans ce domaine donc il était presque impossible qu'il la batte. Si c'était vraiment son critère pour sortir avec quelqu'un elle ne risquait pas d'avoir un choix très varié, hormis Macao il ne connaissait personne d'aussi doué dans le domaine, peut-être USA mais il n'était pas assez intelligent pour cela.

«  Vraiment ? Je peux essayer alors ?  »

Après tout il ne pourrait pas savoir avant d'essayer, et puis si il se défendait bien peut-être que cela lui serait suffisant. Dans tous les cas il avait compris qu'elle ne voudrait pas tant qu'ils ne seraient pas plus proche donc qu'il gagnait ou non n'allait sûrement pas l'aider.

«  Si je gagne je peux t'inviter au restaurant pour faire plus ample connaissance?  »

Bon honnêtement il n'était pas sûr du tout de gagner mais peut-être accepterait-elle tout de même la proposition si cela lui plaisait. Il devait tout faire pour essayer et se donner les chances de réussir.

«  Ou quelque part d'autre si tu préfères/  »

Après tout il ne savait pas si elle aimait les restaurants ou non alors ça n'allait pas beaucoup l'aider si ce n'était pas le cas. Peu lui importait où ils iraient de toute façon, il saurait se débrouiller et apprécier à peu près tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Mar 4 Aoû - 17:07

« Vraiment ? Je peux essayer alors ? »

De quoi ? De la défier ? Est-ce qu’il avait la moindre idée du niveau de la monégasque en ce qui concernait les jeux de cartes, et même les simples jeux de sociétés ? Et même s’il parvenait par le plus grand des hasards à la vaincre à son propre jeu, ça ne suffirait pas pour qu’elle accepte. Comme elle l’avait dit, elle refusait de sortir avec un parfait étranger.

« Si je gagne, je peux t’inviter au restaurant pour faire plus ample connaissance ? Ou quelque par d’autre si tu préfères. »

… Bon, là, il venait d’attirer son attention. La récompense serait donc un vrai rendez-vous, hum ? La proposition était tentante. Cependant, elle n’était pas dupe. Ce rendez-vous n’arriverait peut-être jamais, vu que le grec avait plus de chance de perdre face à elle que te prendre la tête. Mais elle pouvait au moins lui laisser un brin d’espoir… Peut-être qu’elle se montrerait clémente.

« Le restaurant me convient. Je… j’y réfléchirais. »

Au fin fond d’elle pourtant, une petite voix lui disait que c’était ridicule de le mettre ainsi au défi. Ils pouvaient tout simplement planifier ce rendez-vous dès maintenant. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’un garçon aussi beau vous propose de sortir avec lui. Même si dans le cas présent, elle en ressortait plus surprise que séduite.

Le soleil était désormais haut-perché dans le ciel. Les quelques élèves qui étaient de sorti dans le parc commencèrent à se diriger à l’intérieur du bâtiment. Monaco compris que l’heure du déjeuner n’allait pas tarder à sonner. Elle cessa de caresser le chat, qui de toute façon s’était endormi sous les câlins, et commença à ramasser ses affaires qui traînaient toujours sur le sol. Elle frotta les livres pour enlever les brins d’herbes et la poussière avant de les prendre empilés dans ses bras. Tout à coup, elle s’arrêta, pensant à quelque chose. Si jamais elle voulait rapidement lui dire quand elle serait disponible pour accepter son défi, comment ferait-elle ? Elle rouvrit son carnet de note, arracha un bout de papier et écrit une série de chiffres avec son stylo à bille. Puis, elle tendit le papier au jeune homme.

« Si jamais vous avez besoin de me contacter pour me dire quand vous serez disponibles pour me défier, je vous donne mon numéro de portable. »

Sur le papier étaient écrits les chiffres +337 47 20 42 28.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   Mer 12 Aoû - 10:55

Promesse d'une future rencontre


« Le restaurant me convient. Je… j’y réfléchirais. »

Génial, il n'avait plus qu'à rechercher un bon restaurant qui serait dans ses moyens, un restaurant de luxe était peut-être bien mais le Grec ne roulait pas assez sur l'or pour payer quelque chose pareil.

«  Tu voudrais quelque chose en particulier ?  »

Si il connaissait ses goûts en matière de nourriture cela serait plus simple de trouver quelque chose qui leur conviendraient tous les deux.
Alors qu'il attendait pour une réponse, Héraclès la vit fouiller dans ses affaires avant d'écrire quelque chose sur un bout de papier et de le lui tendre. Quel ne fût pas sa surprise en voyant son numéro de téléphone marqué dessus, il ne s'était pas du tout attendu à ce qu'elle lui donne cela aussi vite au vu de ses réticences précédentes.

« Si jamais vous avez besoin de me contacter pour me dire quand vous serez disponibles pour me défier, je vous donne mon numéro de portable. »

«  Merci, je ferais donc cela. »

Monaco devait avoir faim et c'était pour ça qu'elle voulait terminé leur conversation, en y réfléchissant lui aussi commençait à avoir faim, l'heure du repas devait être proche et cela serait irrespectueux de sa part de la garder plus longtemps.

«  A plus tard alors. Bon appétit. »

Héraclès lui adressa un petit sourire avant de retourner vers l'Académie pour pouvoir manger, sa matinée fut très intéressante, il n'aurait jamais imaginé trouvé quelqu'un d'aussi passionnant et d'avoir réussit à décrocher son numéro en aussi peu de temps. Peut-être que si il n'arrivait tout de même pas à la battre elle accepterait tout de même le restaurant ? En attendant il allait devoir étudier les jeux de cartes pour pouvoir au moins lui tenir tête, se ridiculiser devant une dame n'était pas vraiment une bonne manière de la séduire.
Il allait devoir trouver quelqu'un qui voudrait bien l'aider dans le domaine, qui était doué dans les jeux de cartes ? Peut-être Francis, il devrait penser à lui demander, c'était possible qu'il jouait contre sa sœur et dans ce cas là il devrait s'y connaître un peu dans le domaine et aussi la manière de jouer de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le temps des philosophes [PV Grèce]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps des philosophes [PV Grèce]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia World Academy :: Bac à sable :: Devoirs et discussions au café archivés-