Hetalia World Academy

«  Il n'y a point de génie sans un grain de folie. »
 
FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]   Dim 5 Juil - 18:31

Koh-talia

Un monde darwiniste


Vous partez en quête de nourriture pour nourrir tout ce beau monde et, comme si la chance semblait vous sourire, vous tombez sur un petit coin regorgeant de fruits en tous genres. Vous commencez à cueillir ce que vous pouvez lorsque qu'un singe commence à vous attaquer. On dirait bien que celui-ci n'a pas l'air de vouloir partager.
Allez-vous continuer pour votre survie ou laisser ce singe avare tranquille ?

« Ainsi, ce sont bien nos ancêtres qui sont à l'origine de nos mauvaises passions ! Le diable sous l'apparence du babouin est notre grand-père. »

Charles Darwin, Carnet de notes

«
Pour une raison tout à fait étrange, la seule chose que put se répéter Islande mentalement, en se retrouvant échoué sur une île déserte avec ses camarades de classe suite à un départ en vacances raté fut « Si j'avais su, j'aurais pas venu. » Cette phrase était ridicule, puérile, mais il ne pouvait songer à quoi que ce soit d'autre. Lorsqu'il s'éveilla seul, la tête lourde, sur la mousse humide de la côte est de l'île, lorsqu'il réalisa qu'il était seul, et que ses camarades étaient peut-être tous portés disparus, lorsqu'il vit une araignée énorme ramper sur une racine devant lui, et même lorsque, après avoir retrouvé le groupe des élèves au grand complet – les dieux soient loués pour cela –, il se retrouva en groupe avec Wy et Danemark pour aller chercher de la nourriture, il se remémora cette phrase.
Pourtant, chercher de la nourriture n'était pas une tâche difficile en soi, mais Islande préférait pêcher. Et puis, il avait chaud. Et il aimait râler, surtout. Aussi, en plus de soupirer et de faire la moue, il se permit de lâcher cette petite phrase à voix haute, provoquant l'hilarité de monsieur Puffin, le macareux éternellement perché sur sa tête qui avait malheureusement survécu au naufrage.

Armé de son harpon de fortune, bricolé avec une branche durcie au feu, pour le cas où il devrait repousser un de ces serpents trois fois plus grands que lui, il suivit donc ses deux camarades dans la forêt qui avait poussé sur l'île au fil des ans, à la recherche de fruits et autres denrées consommables. Vêtu d'un t-shirt, d'un bermuda et de chaussures légères, il n'était pas véritablement armé pour une telle expédition, mais il ne disposait d'aucune alternative : toutes leurs affaires avaient été perdues dans le naufrage du ferry. Il ne lui restait plus que son portable à la batterie désormais vide, un paquet de réglisse salée qu'il gardait pour les cas de besoin urgent de glucose et un petit bracelet turc offert par Chypre du nord à l'occasion de son anniversaire, qu'il avait enfilé par coquetterie avant d'embarquer sur le bateau. Tout cela était bien loin d'un arsenal de chasseur !

Inutile d'ajouter que ses camarades ne payaient pas de mine non plus : Wy, qui était certes charmante et habituée aux chaleurs épouvantables, était encore plus petite que lui, et Danemark – qui était pourtant un grand et vaillant gaillard – semblait tout sauf à l'aise parmi les arbres peuplés d'insectes.
Bref, si les autres élèves de l'académie comptaient sur eux pour ramener leur pain quotidien, ils pouvaient déjà commencer à resserrer un cran de leur ceinture !

Le petit groupe s'enfonçait lentement, mais sûrement dans la luxuriante forêt de l'île, veillant à ne pas se faire agresser au passage par une quelconque créature, plante ou animal, qui les aurait trouvés appétissants. L'air était chargé d'humidité et d'une lourde odeur de terre, un parfum riche auquel Islande n'était pas habitué, mais qu'il... appréciait, à vrai dire. La lumière trouait les feuillages, baignant leur nouvel environnement d'une lumière verte. Pas la moindre trace de baies ni de fruits... pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]   Mer 8 Juil - 16:44




∞ Un monde darwiniste.

Danemark, Islande & Wy


Quelque part, forêt, pendant l'après-midi.

Une petite sortie pendant les vacances, ça ne pouvait qu'être positif ! Pour une fois que les élèves allaient enfin pouvoir sortir de l'académie. Dès que les yeux de la petite nation s'étaient posés sur l'affiche accrochée sur un tableau d'affichage, Evalyn était impatiente. Elle sautillait partout, elle s'imaginait déjà la plage, les jeux entres élèves, le peut-être shopping et surtout les animaux que la jeune fille allait pouvoir rencontrer. Tellement impatiente qu'elle avait déjà préparée sa valise au moins une semaine avant le départ, elle y avait même soigneusement rangé quelques petites toiles et son matériel à dessin. Mais, deux mois de répit, sans école, c'était peut-être un peu trop demandé apparemment.

Pour finir, les vacances de rêve, personne n'allait les avoir. Evalyn s'était réveillée assez brusquement et, heureusement pour elle, la micronation n'était pas seule. Les autres élèves étaient là aussi. Tous avaient fini échoués sur cette île inconnue. Elle était plutôt attristée d'avoir perdu ses affaires, mais après tout, en regardant autour d'elle, tout le monde était plutôt angoissé à l'idée d'être là, sur une île, sans rien pour contacter le monde. Aucun moyen de communication avec la civilisation.

❝ Tu n'es pas toute seule, ça va aller, on va trouver un moyen de s'en sortir,  se répétait sans cesse la jeune fille au fil du temps.

Puis les plus grands se mirent d'accord pour constituer des groupes avec un objectif précis. Evalyn s'était retrouvée avec le Danois et l'Islandais. Elle ne savait quasiment rien d'eux, mais puisqu'elle était en compagnie de deux hommes, elle n'avait pas vraiment besoin de s'inquiéter. Et puis, elle a beau être petite, ses connaissances dans le domaine des animaux ou des fruits s'avérerait peut-être être utile. Toutes les connaissances qu'elle tenait de son frère, c'était le moment de s'en servir.

Le petit groupe s'aventurait de plus en plus dans la forêt et Wy regardait attentivement tous les animaux. Des oiseaux, des animaux tropicaux, il y avait de tout dans cet endroit. À chaque nouvelle remarque de l'Islandais grincheux, la jeune fille ricanait légèrement et continuait d'avancer. Elle était plutôt déçue de n'avoir sur elle qu'un crayon plutôt bien taillé, une poignée de caramels et une petite poupée en chiffon qu'elle trimballe absolument partout avec elle. Heureusement, ses bonbons n'avaient pas pris l'eau et ils étaient encore mangeables. Evaly aurait tellement voulu avoir ne serait-ce qu'un peu de papier pour dessiner toutes les nouvelles espèces qu'elle voyait.  

Trêve de plaisanterie, l'heure n'était pas au dessin. Il leur fallait impérativement trouver de la nourriture. Mais toujours rien. Même en ratissant la forêt de fond en comble, rien. Où allaient-ils pouvoir trouver de quoi se nourrir ?

Lorsque le petit groupe fit une halte pour soulager leurs jambes fatiguées, la micronation se posa entre les deux troncs d'un arbre fendu. Ils marchaient depuis des heures, et pourtant ils n'avaient toujours rien trouvé. Evalyn réfléchissait, le regard pourtant vide suivait le chemin d'un petit animal pas bien épais. Sans cesse la jeune fille se posait la question du "qu'allaient-ils faire si jamais ils ne rapportaient rien ?". Peut-être que la réponse se trouvait juste sous leurs yeux après tout. Et une idée  germa dans l'esprit de l'australienne.

❝ -Si il y a des animaux, alors techniquement il y a des fruits ou des aliments comestibles. Je propose qu'on suive l'un de ces animaux, il nous guidera peut-être vers un coin avec de la nourriture... Ou alors la méthode barbare, on organise une grande chasse collective pour attraper des animaux... Mais, à en juger par la taille de ces animaux, ce n'est peut-être pas une très bonne idée...

Enfin, ils n'avaient pas grand chose à perdre en tentant la première méthode.


made by great thief.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]   Mar 14 Juil - 14:44

- Un monde Darwiniste -

   
   

   "Il vaut mieux être perdus ensembles que tout seul. "

   
- Danemark    Islande -  Wy -




Lorsqu'il avait eu vent de ces vacances offertes à tous les élèves de l'académie, le grand blondinet attachant, mais chiant sautait de joie, criait des « yaaaayy » à rendre sourds ses camarades et fit même une petite danse de la joie qui donna des envies de meurtres à Norvège, à son égard. Le survolté fut tellement insupportable la semaine avant le départ. Comment un être déjà si bruyant peut-il l'être encore plus, et ce, sans aucun effort ? En classe, il avait la bougeotte, dans la cour, il avait la bougeotte, en salle d'études, il avait la bougeotte, et même la nuit, dans son lit, il avait la bougeotte ! Mais tout ça c'était avant. Quand il pouvait encore s'imaginer dans un super hôtel, a jouer à des jeux sur la plage, nager avec les sirènes -oui elles existes ! Foi de Danois ! -, manger de la bonne nourriture et sans modération. Aller en boite aussi, parce qu'il faut bien draguer. ! Oui, ça l’excitait ! Ce devait être des vacances inoubliables avec ses frères. Mais déjà il en manque un à l'appel. Il avait tout essayé pour amener Norvège à les rejoindre. Il avait rempli sa valise dans son dos, il l'avait harcelé sans arrêt pour le convaincre de venir et le jour fatidique, il essaya même de l'emmener en sac à patates ce qui lui valu le plus beau coup de poing qu'il avait reçu depuis des années… Et le norvégien s'était enfui, comme un chat furieux, crachant et menaçant à quiconque s'approchait de lui à moins de deux mètres. Norvège et le soleil, c'est une belle histoire de haine.

Mais Danemark s'était fait une raison, il rapporterait pleins de cadeaux à son précieux ami ! Mais voilà, tous ses plans tombèrent à l'eau… Et lui avec. Bon au moins il a la plage qu'il espérait ainsi qu'un soleil à vous transformer en écrevisse en une heure chrono. Et pour son plus grand bonheur tout le monde à survécu au naufrage du navire. Optimiste le danois disait à qui voulait bien l'entendre que cet endroit n'est pas si mal tout compte fait. D'ailleurs, c'est ce qu'il sortit à Islande dès qu'il retrouva le plus jeune des nordiques.

« Iccee ! Tu es là c'est génial ! Regarde ! Cet endroit est super beau nan ? Ça vaut pas les vacances prévues, mais on va quand même s'amuser ! »


Et oui ! Alors qu'une bonne partie des personnes présentes, faisaient le deuils de leurs affaires personnelles, que d'autres angoissait pour leur devenir sur cette île et que les plus sensés se réunissait déjà pour départager les tâches afin de survivre, le danois, joyeux et inconscient comme à son habitude, le jeune représentant du pays le plus heureux du monde, papillonnait, flânait et s'extasiait sur la douceur du sable de cette plage. Parce qu'après tout « il en faut peu pour être heureux » et ça marche surtout pour le danois. Donner lui une caisse de légo et il pourrait passer sa vie sur cette île à faire des constructions. Oh ! Et tant qu'à faire, il n'a même pas besoin de légos, il pourrait faire des châteaux de sable !

Habillé tout aussi simplement que son jeune bro', c'est-à-dire d'un débardeur rouge sang et d'un long short noir, les pieds dans des baskets légères et aérés. Le rayon de bonne humeur ambulant semble être totalement dans son élément près de l'eau. Mais de toutes les tâches qu'on aurait put lui confier, il fut décidé que le grand viking aille chasser/ramasser/trouver de n'importe qu'elle manière que ce soit, quelque chose de comestible. Qui pouvait se douter que Danemark plus que quiconque craint par-dessus toute la forêt à ce qui peut y grouiller ? …. Personne, bien sûr. Ce n'est pas une chose dont pourrait se vanter le danois. Lorsque une chose pourrait ternir sa belle image de grand viking, jovial, courageux et sans peur, il serait prêt à tuer pour qu'une telle tare ne soit jamais découverte. Surtout lorsque sa peur ne concerne pas les gros animaux tels que les ours et les loups, mais bel et bien, les plus petits d’entre eux, tels que les insectes les araignées, et même les papillons... Ça la fout mal. Alors lorsqu'on le désigna pour aller crapahuter dans cette forêt pleine de… Pleine de verdures et d'insectes, il y eut comme un froid... Derrière son grand sourire confiant.

« Y-yaaaay, allons-y Ice ! Wy ! Ce sera facile comme tout ! »


Facile comme tout, qu'il disait. Qu'elle grande gueule franchement. Parfois, il se giflerait lui-même pour sa fierté mal placé. Devant le petit groupe, son instinct de chef lui dictant d'ouvrir la marche, il était plutôt tendu, luttant contre l'angoisse et son imaginaire qui le taraudait de l'intérieur. Au moins bruissement, moindre bruit, il ne pouvait que s'imaginer être encerclé et entouré d'immenses insectes prêts à lui sauter à la gorge. Lorsque ses yeux se posait malencontreusement sur une araignée ou un quelconque truc avec des pattes qui rampe sur un arbre, il ne pouvait refréner un frisson d'horreur. Ha ! Il est bien loin le fier viking. Parfois, il vérifiait ses deux camarades. Islande était avec lui, il devait montrer à quel point il était cool ou « AWESOME » comme dirait si bien Prusse. Et il se sentait un peu jaloux de Wy qui elle semblait très à l'aise dans cet environnement. Elle regardait autour d'elle, observait cette nature qui répugnait Danemark. Le grand blond mit ses mains dans ses poches, comme pour chercher quelque chose qui pourrait l'aider à s'apaiser. Ses mains se refermer sur son décapsuleur de bière portable. Dommage qu'il n'en ais pas a disposition, la fraîcheur d'une bonne bière danoise lui aurait fait le plus grand bien et l'alcool l'aurait aidé à braver les dangers de la forêt. Il trouva aussi dans ses poches quelques Legos. Ce qu'ils font là ? Il se souvient avoir renversé sa boite Legos et que presser, il mit quelques-uns dans sa poche par erreur avant de partir pour ces vacances de rêves. Oh et un petit paquet de gâteaux secs…. Rien de bien profitable donc.

Au bout de quelques heures de marche et à se frayer un chemin dans la jungle, touts les trois commençaient à fatiguer. La randonnée, ce n'est certainement pas le truc de Mathias. Il prit place sur une grosse racine et regarda le feuillage dense au-dessus de leur tête. Ils n'avaient toujours rien. Pas un fruit, rien. Mais ils ne pouvaient pas rentrer les mains vides, Mathias ne l'accepterait jamais. Il est bien trop fier pour laisser tomber. Alors il réfléchissait, le visage déformait dans une moue, comme à chaque fois qu'il fait tourner les rouages de son cerveau. Tout les trois se reposaient quand Wy eut l'idée qui allait peut-être leur sauver la vie.

"Si il y a des animaux, alors techniquement il y a des fruits ou des aliments comestibles. Je propose qu'on suive l'un de ces animaux, il nous guidera peut-être vers un coin avec de la nourriture... Ou alors la méthode barbare, on organise une grande chasse collective pour attraper des animaux... Mais, à en juger par la taille de ces animaux, ce n'est peut-être pas une très bonne idée..."


Mais c'est bien sûr ! L'énergie lui revenant aussi facilement qu'une pile solaire sous un soleil au zénith, il se releva d'un bond et leva le poing, motivé et de nouveau bruyant.

« Ça s'est de l'idée !! Et puis si ta première idée ne fonctionne pas, je suis partant pour la seconde ! On a croisé pleins de bestioles jusque-là ! On a juste à les attraper ! Aller fini la pause, on y retourne ! »


Sans vraiment les attendre, il partit en tête, pour chercher un animal à suivre... Mais il s'est un peu trop précipité et alors qu'il franchit quelques grosses feuilles aussi grosses que sa tête, il tomba nez à nez avec…. Une grosse mygale, bien poilue et aux nombreux yeux. Lourds frissons pour le danois qui blême comme s'il venait de voir un fantôme revient au pas de course là ou les deux autres venaient tout juste de se lever. Il calme son cœur affolé et goutta au sang dans sa bouche alors qu'il venait de se mordre la langue pour ne pas crier comme une pucelle en détresse. Un peu gêné, il toussota pour se redonner une certaine prestance et pointa une autre direction.

« Mon instinct me dit qu'on doit aller par là ! Wy, vu que tu t'y connaît, va devant ! »


l'autoproclamé chef de la petite bande, ria un peu alors qu'il poussa gentiment Wy devant lui vers le chemin à l'opposé de la grosse Mygale... Ces vacances commencent bien mal.

   

   ©Kathee pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Ada Lovelace
Âge : 17 ans
Club : Littérature
Animal : M. Puffin
Dortoir : Hans Christian Andersen

Devoirs en cours :
◊ Deux Nordiques dans un environnement hostile (Finlande)
Devoirs terminés :
◊『Je serai là ☆ Toujours pour toi』
◊ Halloween 2014 - Quand une malédiction s'invite à l'académie
◊ Prohibited meeting in the darkness of night
◊ April fool 2015 - Mochi's mission !
◊ Été 2015 - Un monde darwiniste
◊ Été 2015 - Amusez-vous ! Ordre du directeur ! (Autriche)
◊ Exploration souterraine
Relations :
Frère : Norvège
Cousins : Danemark, Suède, Finlande

○○ Angleterre, Malte
○ Estonie, Indonésie
● Belgique, Pays-Bas
●● Turquie
« La nation est construite sur la loi. »
avatar
Islande
MessageSujet: Re: Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]   Mer 15 Juil - 16:47

Koh-talia

Un monde darwiniste


«
Islande, qui décidément n'était pas un homme de la jungle, venait de manquer se casser la figure sur une grosse racine bien fourbement placée devant ses pieds, lorsque le petit groupe décida de faire une pause bien méritée. Il est vrai qu'ils n'avaient pas vu la moindre trace de nourriture, quelle qu'elle soit, si ce n'était un petit buisson de baies toxiques.
Islande aurait d'ailleurs bien voulu en ramener un peu pour les faire accidentellement avaler à Pays de Galles, mais il avait eu peur que Dan ne vienne les tester aussi. Voir ce dernier agoniser au sol aurait un peu gâché le plaisir de s'être débarrassé de l'autre baleine anglaise... Juste un peu. Puis Norvège lui en aurait voulu d'avoir tué le Nordique surexcité à sa place.

Eiríkur posa ses fesses sur un rocher moussu qui avait l'air moins menaçant et infesté de fourmis carnivores que les autres, étendant ses jambes pour les détendre un peu. Marcher en forêt est dangereux, mine de rien, avec tous ces obstacles partout  ! Au moins, chez lui, il n'y avait pas de ça.
Et chez lui, il y avait des poissons. Beaucoup de poissons. Si jamais leur expédition s'avérait infructueuse, il essaierait de pêcher suffisamment pour nourrir toute la tribu, mais inutile de préciser que le régime poisson-poisson n'est pas très équilibré, et que les autres s'en lasseraient rapidement. La solution de la pêche ne serait donc que provisoire  : il était essentiel qu'ils trouvent autre chose sur cette île.
Cependant, l'adolescent, qui avait l'habitude des oiseaux, avait cru repérer des espèces fructivores  : l'espoir de trouver quelque chose de mangeable sans écailles semblait donc grand  ! Restait à connaître les bons recoins... et cette île avait l'air vaste. Ses cours de cartographie l'avaient au moins préparé à estimer des distances au nombre de pas... Ils étaient loin d'avoir fait le tour de cette île  ! Statistiquement, il devait bien se trouver au moins un pauvre petit bananier  !

L'interrompant dans ses réflexions, la voix de Wy s'éleva, avec sa fermeté habituelle  :
«  S'il y a des animaux, alors techniquement il y a des fruits ou des aliments comestibles. Je propose qu'on suive l'un de ces animaux, il nous guidera peut-être vers un coin avec de la nourriture... Ou alors la méthode barbare, on organise une grande chasse collective pour attraper des animaux... Mais, à en juger par la taille de ces animaux, ce n'est peut-être pas une très bonne idée...
— Ça, c'est de l'idée ! renchérit Danemark avec fougue. Et puis si ta première idée ne fonctionne pas, je suis partant pour la seconde ! On a croisé plein de bestioles jusque-là ! On a juste à les attraper ! Allez, finie la pause, on y retourne !  »

Le regard perplexe d'Islande alla de l'un à l'autre. D'où ils prenaient une décision si rapide  ?! Avait besoin de temps, lui, histoire d'envisager le pire  ! De plus, ils quittaient les clairières, là, pour s'enfoncer dans la forêt profonde  ?! Et s'ils se perdaient  ? Personne ne les retrouverait jamais  ! De plus, aucun d'eux n'était pisteur, si  ?
Dan, sans plus attendre, fila entre deux arbres tel le fier viking qui vient de voir une église à piller. Eiríkur bondit sur ses pieds, prêt à le suivre – il n'avait pas peur de rester seul du tout, voyons  ! C'était juste pour que Mathias ne se perde pas  ! –, geste inutile vu que le Danois revint tout aussi vite, torse fièrement bombé, air bravache sur le visage, mais les mains vides  :

«  Mon instinct me dit qu'on doit aller par là ! Wy, vu que tu t'y connais, va devant !  »

Haussant les sourcils en signe de lassitude en direction du grand découvreur et de son instinct en carton pâte, Eiríkur prit la suite de Wy, qui avait totalement ignoré la direction imposée par le gaillard pour prendre un petit chemin étroit qui passait de façon rectiligne entre deux épais buissons. Forcé à ramper à quatre pattes à la suite de la jeune fille, il s'enfonça à travers le bosquet. Si Dan les aimait, qu'il les suive  !
Les cris des oiseaux se firent plus distants, remplacés par le discret murmure des insectes et la lumière, occultée par les épais feuillages, se raréfiait sensiblement, les plongeant dans une semi-pénombre. Heureusement, le petit chemin évitait ronces et plantes à épines  : le petit animal l'ayant frayé n'était pas assez stupide pour venir y fourrer ses pattes. Paumes et genoux s'enfonçaient dans une terre meuble, à peine humide et odorante...

Islande tourna la tête en arrière afin de s'assurer que Dan suivait toujours et ne se battait pas contre une chenille venimeuse. Le fier viking avait l'air de tenir la route. Encore heureux, lui qui avait l'air si content de se retrouver paumé sur une île déserte sous une chaleur à mourir  ! S'il lui arrivait quoi que ce soit, ce n'était sûrement pas Evalyn et Eiríkur qui le ramèneraient au camp à la force de leurs petits poignets...

Wy se redressa tout à coup, élargissant son champ de vision  : ils étaient parvenus à une petite clairière, coupée en deux par un nouveau cours d'eau douce. Les arbres restaient cependant abondants, et... Islande, se remettant debout, ouvrit grand les yeux. Ils étaient couverts de fruits  ?! Jaune, orange, rouge, brun, les hauts palmiers ressemblaient à des arbres de Noël, ainsi ornés  ! De quoi mettre en appétit un troupeau d'élèves affamés qui venait d'épuiser ses dernières réserves de chocolat  !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]   Dim 9 Aoû - 14:22

Wy a écrit:



∞ Un monde darwiniste.

Danemark, Islande & Wy




Par chance, les deux autres élèves de son groupe avaient accepté la première idée de la jeune Evalyn et celle-ci avait pris les devants du groupe pour les guider dans la forêt dense. L'Islandais et l'Australienne avaient repéré un petit chemin entre deux buissons qui semblaient être des Carludovica palmata. Il leur fallait à présent ramper, "jeu" auquel Evalyn était plutôt forte à force de le faire pour admirer les différents animaux sans pour autant les apeurer... Ou juste pour écouter les conversations des autres en se cachant sous une table.

Au bout du chemin, Evalyn s'était relevée pour pouvoir marcher normalement et elle essaya de ressuyer la boue qui couvrait ses genoux. En regardant à nouveau devant elle, la jeune fille écarquilla les yeux. Ils étaient enfin tombés sur une mine d'or. Il y avait énormément d'arbres et de buissons couverts de fruits qui, techniquement, devraient être comestibles. Les deux premiers de la file s'avancèrent lorsqu'ils entendirent un cri de joie échappant de la bouche du troisième.

En premier lieu, les élèves étaient tous partis vers le cours d'eau pour se désaltérer. Leur petite aventure dans la forêt et le soleil qui tapait leur avaient donné soif. En plus, maintenant qu'ils avaient enfin trouvé de quoi manger, les trois aventuriers pouvaient se reposer quelques minutes sans penser au fait qu'ils allaient peut-être finir par mourir de faim si personne ne trouvait de quoi se rassasier.

Le ventre de Wy se mit à gargouiller lorsqu'elle se posa près du cours d'eau. La jeune fille se releva et se dirigea vers l'un des grands arbres. Les troncs étaient beaucoup trop larges pour pouvoir les secouer et faire tomber les précieuses denrées de l'île, il fallait absolument trouver un moyen d'arriver jusqu'en haut. Les premières branches étaient à au moins 2 mètres de haut et les fruits, un peu au-dessus. Grimper était sans doute la meilleure idée, mais en même temps, s'ils tombaient, les trois élèves pouvaient se faire très mal.

Evalyn examina l'arbre juste en face d'elle des branches aux racines. Des cailloux. Il y avait une multitude de petites pierres, parfaites pour essayer de décrocher les fruits sans devoir grimper. Mais il fallait savoir viser -ce que la jeune fille ne savait pas, pour pouvoir espérer atteindre la nourriture sucrée. Bon, il y avait quand même quelques chances qu'ils parviennent à toucher un fruit, mais en y allant à coup de cailloux, ça leur prendrait un temps fou pour récolter 5 bananes. La jeune fille saisit une de ces pierres avant de regarder le haut de l'arbre, reculer de quelques pas et tirer sur l'un de ces fameux fruits.

Le tir n'était pas mal, il avait -contre toutes attentes- touché un fruit mais, il ne l'avait pas fait tomber. Pas assez de forces dans le lancé. En y regardant mieux, Evalyn n'était pas vraiment la plus forte des trois et ses bras étaient plutôt minces. C'était déjà un miracle qu'elle réussisse à viser à plus de deux mètres de haut. Avec un peu de chance, peut-être que les deux nordiques allaient réussir à décrocher quelques fruits.


made by great thief.


Désolée du retard ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un monde darwiniste [Danemark - Islande - Wy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» AU DANEMARK C'EST COOL, ON PEUT S'METTRE TOUT NU ✎ HELL.
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia World Academy :: Bac à sable :: Archives des événements :: Été 2015 - Koh-talia-