Hetalia World Academy

«  Il n'y a point de génie sans un grain de folie. »
 
FAQFAQ  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James Watt
Âge : 24 ans
Animal : Angelica et Marco (tortues), Nino ( chat calico)
Dortoir : Frida Kahlo

Devoirs en cours : - Un piège efficace ne se fait jamais tout seul [ Ft Prusse]
Devoirs terminés : - Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! (PV USA)
- Perdu en ville ( PV Grèce)
- Show me how to make himm say yes ! [ Ft Turquie]

Abandonnés

- Révélation à la plage [Feat North Italy, Seborga, Allemagne]

Relations : - North Italy, Serborga : Frères cadets
- Prusse : Petit ami
- Belgique BFF
- Colombie: Amie
- Malte: Cousine
- France : Ennemi n°1 .. à abattre !

avatar
South Italy
MessageSujet: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Sam 4 Juil - 7:17



Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque !
Ft. Amérique




Pourquoi ? C'était tout ce que Lovino désirait savoir. Pourquoi diable avait il fallu qu'ils se retrouvent tous coincés sur une île déserte sans un seul de leurs bagages ? On pouvait penser à un coup du sort. Le fait que le soleil tapait fort, ne lui posait pas encore trop de problème puisqu'il y était assez bien habitué à ce climat. Cela aurait pu être agréable. Mais la connexion internet ne passait pas et ne parlons pas du réseau téléphonique absolument nul. En d'autres termes ils étaient tous coupés du monde. Pour ne rien arranger ils avaient tiré des binômes à la courte paille et il fallu que l'italien tombe sur l'américain. La poisse. Bon il aurait pu tomber sur pire. Comme l'allemand par exemple.

Il lâcha malgré tout en contenant ses grommellements :

" patate j'dois vraiment être avec l'amerloque ?! "

Devant les réponses positives des autres, quelles soient orales ou gestuelles, le brun se résigna à contre cœur.

Le sons des vagues fut progressivement l'unique chose que l'on pouvait entendre, si ce n'est les paroles des Robinson Crusoé en herbes alors que la nuit ne tarda pas à tomber sur le campement improvisé de toute pièce. La température devint plus fraîche tout en restant agréable. Assis sur le sable, Lovino observa les alentours à la recherche d'une activité à faire. Au bout de quelques instants, la solution vint toute seule. Des histoires d'horreur. Tout le monde en connait après tout et puis cela détendra l'atmosphère.

Son histoire d'horreur qu'il essayait de rendre plus réaliste que possible se termina. Histoire portant sur le fantôme de l’école et qu'il embellissait au passage. Pourquoi s'en priver après tout ?  Un sourire narquois s'installa sur ses lèvres face aux réactions. Mais la moquerie silencieuse ne dura pas quand un bruit qui semblait être d'outre tombe vint perturber la tranquillité de la nuit.

" C... C'est quoi c'bazar merde ?! "

Un frissons d'effroi parcouru tout son être tandis qu'il se recroquevillait sur lui même. Le cri ne lui rappelait celui d'aucun animal ... ou d'aucun qu'il ne connaissait. Son regard qui à l'habitude montrait un certain dédain, laissait cette fois transparaître une certaine crainte. Sa voix tremblotante il s'exclama

" On.... On  compte pas sur moi ...p... pour aller voir c'que...  c'est merde ! "

Après tout, le courage était loin d'être sa qualité première. Il était plus du style à s'enfuir au premier problèmes venus même si c'est lui qui avait cherché les ennuies. Surtout qu'aller voir ce dont il s'agissait allait risquait d'être une tâche périlleuse.


Code par Nyan-cat sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Lun 6 Juil - 11:12

Survival Game


S'échouer sur une île déserte ça aurait pu être cool, un genre de survival game en taille réelle mais... Pourquoi il a fallu que ça arrive quelques jours avant son anniversaire ?! C'était foutu maintenant, il pouvait dire adieu aux feux d'artifices, aux bon gâteaux, sucreries et autre plats bien délicieux qu'il mangeait habituellement pour le 4 Juillet. Ça avait le mérite de lui plomber le morale énormément et il n'était pas très chaud pour jouer au survival game dans lequel ils avaient été lâché.
Il était resté bouder dans son coin pendant que les autres parlaient et faisaient il ne savait quoi.
Apparemment on l'avait mit avec Italie du Sud pour... ? Il n'en avait aucune idée mais pour le moment il était bien trop occupé à déprimer pour songer à autre chose.
Son cerveau n'arrivait juste pas à dire au revoir aux merveilles qu'il avait droit tous les ans pour son anniversaire, bon sang c'était qu'une fois par an que ça arrivait en plus, pourquoi il a fallu qu'ils s'échouent pile à ce moment-là ?!

Finalement son cerveau se connecta à nouveau avec la réalité quand il entendit les autres commencer à se dire des histoires d'horreur et surtout... De Fantôme.
Prétextant qu'il allait explorer l'île, il fuit de manière tout à fait héroïque leur séance histoires d'horreur et il alla s’enfoncer dans la jungle qui était près de la plage sur laquelle ils étaient tous.
Explorer un endroit aussi dangereux en pleine nuit n'était sans doute pas l'idée la plus intelligente qui soit mais Alfred n'y pensait même pas, tout ce qu'il voulait c'est mettre le plus de distance possible entre les histoires de fantômes et lui. Pourtant quand il se retrouva en pleine jungle sans autre compagnie que les bruits étranges qu'il entendait il se sentit un peu moins sûr de lui. Pourquoi n'était-il pas partit sur un autre côté de la plage ?
Enfin bon tant qu'il était là il pouvait au moins essayer de trouver quelque chose à manger et un point d'eau.

Manger.... Il n'y avait pas de hamburgers dans la jungle non ? Il n'y avait que... DES FRUITS ?! Non... Il ne pouvait pas survivre en ne mangeant qu'uniquement des fruits. Voyons ils pouvaient pêcher du poisson mais lui il avait besoin de viande !
Et le seul moyen de s'en procurer était de chasser.
Al n'avait jamais chasser de sa vie, mais ça ne devait pas être si difficile que cela non ? Ses poings étaient assez fort pour assommer n'importe quel animal et ensuite.... Euh.... Il avait toujours une arme à feu sur lui mais ça ne serait pas très utile pour découper la viande et puis... Mais c'était vraiment dégueulasse de faire ça en plus ! Et il n'avait pas non plus la moindre idée de ce qui se mangeait ou non dans un animal. Certes les os ne se mangeaient pas mais à part ça... En plus ça devrait sans doute être très sanglant si il devait faire ça...
Mouè c'était quand même mieux d'acheter ça en magasin. Mais il n'y en avait sûrement pas sur cette île alors il allait devoir se débrouiller autrement. Il y avait bien quelqu'un parmi eux qui aurait de quoi découper un animal et qui savait ce qui se mangeait ? Francis était super doué en cuisine et il y Turquie aussi, ils sauraient sans doute quoi faire.

Déterminé à manger de la viande pour ce soir (son estomac en avait grandement besoin), l'américain sortit son pistolet et se mit à regarder tout autour de lui à la recherche d'un animal comestible. Ce qui n'était pas simple à faire vu comment il faisait sombre, peut-être devrait-il attirer leur attention ? Mais il n'avait rien pour faire de la lumière, son portable avait largement bu la tasse et refuser tout net de fonctionner. Bon tant pis il allait devoir chercher... Enfin c'était toujours mieux qu'il trouve en premier et ne soit pas celui qui soit chassé.
A peine eut-il pensé cela qu'il entendit un cri qui ressemblait sans aucun doute à un fauve. Génial ! De la viande ! Il ne restait plus qu'à le trouver maintenant...
Alfred avança près d'où il avait entendit le bruit et il vit enfin ce qu'il voulait, un jaguar, jackpot ! Il y aurait assez à manger avec ça !
Bon alors lui tirer dessus était sans doute plus intelligent à faire, il ne risquerait pas de se faire attaquer, mais il eut à peine le temps de viser avec son arme qu'il vit un autre jaguar apparaître, et puis un autre et encore un autre. Toute une meute se dessinait devant lui et l'américain ne réfléchit pas à deux fois pour s'enfuir. Faire face à un jaguar c'était faisable mais toute une meute, il avait beau être armé il n'était pas sûr d'en ressortir vivant.
Alfred courrait le plus vite dont il était capable et même encore plus vite dont il se pensait être capable, il entendait les fauves le courser et plus les bruits se rapprochaient, plus l'américain avançait vite.
Il n'avait que deux jambes et eux quatre membres, si il ne trouvait pas vite un moyen de leur échapper c'était lui qui allait servir de dîner.

La peur lui fit totalement oublié son anniversaire et il ne songeait plus qu'à une chose, survivre.
Il finit par retourner sur la plage et la scène devait sans doute avoir un côté assez comique, voir Alfred revenir en courant comme si sa vie en dépendait (ce qui était le cas) et ensuite voir au moins une dizaine de jaguars le poursuivre. L'expression de terreur et les cris des autres devaient sans doute être drôle si on ne faisait pas partit de la scène.
Alfred n'eut pas le temps de réfléchir et continua de courir, il ne pensait qu'à cela depuis qu'il avait vu les fauves, courir, courir, le plus vite et le plus loin possible, c'est donc pour cela qu'il ne changea pas de direction et continua jusqu'à ce que l'eau l'empêche de continuer à courir.
Heureusement pour lui, les jaguars s'arrêtèrent à ce moment-là et le regardèrent depuis la plage en espérant qu'il allait sortir.
Pas idiot, l'américain resta bien dans l'eau et s'éloigna même un peu plus des bêtes, il avait vraiment de la chance qu'ils ne savaient pas nager.
Ah mais et les autres... Ils avaient intérêt à le rejoindre si ils ne voulaient pas se faire bouffer.
Il y avait sûrement des animaux dangereux dans l'eau aussi mais... Ils devaient dormir à cette heure-là, non ?
Revenir en haut Aller en bas
James Watt
Âge : 24 ans
Animal : Angelica et Marco (tortues), Nino ( chat calico)
Dortoir : Frida Kahlo

Devoirs en cours : - Un piège efficace ne se fait jamais tout seul [ Ft Prusse]
Devoirs terminés : - Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! (PV USA)
- Perdu en ville ( PV Grèce)
- Show me how to make himm say yes ! [ Ft Turquie]

Abandonnés

- Révélation à la plage [Feat North Italy, Seborga, Allemagne]

Relations : - North Italy, Serborga : Frères cadets
- Prusse : Petit ami
- Belgique BFF
- Colombie: Amie
- Malte: Cousine
- France : Ennemi n°1 .. à abattre !

avatar
South Italy
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Ven 10 Juil - 17:29



 




De nouveaux bruits se firent entendre dans la nuit. Des bruits de branches cassées. S'il on y prêtait attention on pouvait remarquer qu'ils se rapprochaient du campement. Génial. Tout simplement génial. Le seul indice de disponible était le cri suivi peu après par d'un tumulte comme si l'on courait vers eux. Ce qui ne les aidait pas à rester calme et encore moins Lovino.

D'ailleurs l'italien n'avait pas revu son binôme imposé depuis déjà un bon moment. Pas qu'il ne s'inquiète pour lui mais bon ça ne serait pas super qu'il y ai un mort parmi le groupe et encore moins si peu de temps après le naufrage. Quoique ... une place supplémentairement dans le dortoir Katsushika Hokusai avec plus de calme, enfin calme c'est vite dit avec son cadet, ne serait pas du luxe.

Prenant une grande respiration, le brun se décala tout doucement pour tenter de se réfugier derrière l'uns de ses compagnons d'infortune. Mais lequel ? France, pas question il serait capable de le tripoter. Angleterre ... Non ! On éliminait aussi Wy, Grèce, Belgique (désolé mais là il a plus besoin d'un bouclier humain au cas où), Namibie et Danemark, le vampire, Islande et Pays de Galles. Pour ceux qui restaient encore en liste. Aucun ne lui inspirait suffisamment confiance. Il y avait bien Japon mais serait-il assez fort pour servir de bouclier ? Ça devrait faire l'affaire. Et puis c'était soit lui, soit une personne qui lui faisait peur ou qu'il n'appréciait guère.  

Il ne restait plus qu'une dizaine de mètres avant de savoir quel animal ou individu faisait autant de raffut. Et s'il s'agissait d'une personne, cela signifiait qu'ils n'étaient pas seuls. Mais alors de qui s'agissait-il ? D'un cannibale comme on en voit dans les films sur des survivants de naufrage tout comme eux. Ah ça hors de question ! Il ne manquerait plus que ça !

Soudain, surgit ... attendez c'était quoi ? Une fusée ? Un avion ? Un oiseau ? Ah ... non ce n'est que le ricain. Son regard se porta son binôme, anciennement disparu depuis quelques heures, qui filait en vitesse dans l'eau. C'est sûr un bain de minuit n'est jamais désagréable mais, ce n'était pas nécessaire de courir pour autant. Lovino s'apprêtait à sortir l'un de ses sarcasmes habituels sauf qu'il n'en n'eu pas l'occasion.

Et pour une raison assez inédite. Des jaguars. Et pas un ou deux mais toute une meute. Certes ils restaient à l'écart mais, autant rester prudent. Et pour l'italien prudence rimait avec fuite. Donc il s'enfuyait en direction de l'eau ou l'endroit qui paraissait le plus sûr à cet instant.  
Son regard dévisagea les autres les défiant de faire la moindre remarque. Et s'il y en avait un qui sortait que c'était comme des gros chats, le latin risquait de vouloir lui en coller une. Que ce soit sous forme de joute verbale ou plus simplement de manière physique. Pourtant, il ne put s'empêcher de lancer à l'américain le ton venimeux.

“ Bravo patate ! Tu pouvais pas ramener autre chose ?! Espèce de bouffeur d'hamburgers  ! “

C'est sûr qu'il aurait très nettement préféré que ce dernier revienne, certes en vie, mais surtout avec un autre animal qu'une bande de félins qui pourrait les tuer en une fraction de secondes. Le latin fixa l'endroit supposé où se trouvait les prédateurs avec une certaine difficulté puisque la lune était sa seule source de lumière.

Il y avait bien son portable qui pouvait éclairer un bref instant mais, pas assez longtemps. En parlant de téléphone, il le prit et entreprit de taper un SOS et de l'envoyer à l'une des rares personnes restées à l'académie, dans le cas présent son espagnol d'ex, en priant intérieurement d'avoir ne serait ce qu'une barre de réseau. Finalement, un message d'erreur s'afficha sur l'écran indiquant que le message n'avait pu être envoyé. Génial ! Ils sont donc bel et bien couper du monde, ce qui fait que s'il leur arrivait quelque chose, personne ne le saurait.

Un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'il arqua un sourcil en cherchant une solution. Son regard erra vers sur binôme avant de remarquer ce que celui-ci tenait en main. Non il avait certainement mal vu. Il se frotta les yeux un bref instant avant de regarder de nouveau et … ah non il avait bel et bien vu une arme. Autant dire qu'il comptait bien savoir par quel moyen il avait pu s'en procurer une sur cette île.


“ Et tu fous quoi avec ce truc hein ?!! “  

Une arme il aurait bien aimé en avoir une également et probablement les autres aussi, cela aurait été plus pratique pour garder les jaguars à distance. Plus pratique qu'un seul et unique pistolet pour tous avec on ne sait combien de munitions restantes. 

Code par Nyan-cat sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Mar 14 Juil - 11:15

Se débarrasser d'une meute


“ Bravo patate ! Tu pouvais pas ramener autre chose ?! Espèce de bouffeur d'hamburgers  ! “

«  C'est pas ma faute ! Je savais pas qu'il allait y en avoir autant et je cherchais juste à manger! »

“ Et tu fous quoi avec ce truc hein ?!! “  

«  De quoi ? » Alfred suivit le regard de l'Italien avant de comprendre qu'il parlait de son précieux pistolet. «  Baaah c'est mon pistolet ! Je l'ai toujours avec moi mais je sais pas si j'ai assez de balles pour me faire toute une meute, si on les énerve ils vont sans doute pas hésiter à venir nous massacrer dans l'eau, ou attendre qu'on en sorte.  »

Al regarda les jaguars qui n'avaient pas bougé et semblaient ne pas avoir envie de le faire avant un long moment, il s'était vraiment foutu dans la me*de.
Tout le monde s'était réfugié dans l'eau et regardait la meute dans l'espoir que ce n'était qu'une illusion.
L'Américain ne savait pas quoi faire hormis attendre qu'ils partent, il n'était pas sûr que même si il avait assez de balles il aurait le temps de tous les tuer avant de se faire réduire en charpie par le reste de la meute furieuse.
Il dût donc attendre de longues heures jusqu'à ce que certains décident de s'endormir, bon.... Il pouvait essayer de tuer ceux réveillé mais ça réveillerait les autres et ils en revenaient au même point, il risquerait de se faire massacrer avant de tuer tout le monde. Mais peut-être que si il arrivait à les séparer...

«  Hey, tu pourrais essayer de faire une distraction ? Faut les séparer sinon on va se faire massacrer en essayant de tuer tout ça.  »

Alfred regarda le nombre de balle qu'il lui restait et heureusement il en avait assez, par contre il n'avait pas droit à l'erreur, il n'avait pas de réserves avec lui et si il se loupait....
Mais il n'allait pas se louper !

«  Alors t'as une idée ? Et me regarde pas comme ça ! C'est moi qui suit armé et qui sait me servir de mon arme alors c'est moi qui tire et toi qui fait diversion ! Je peux pas faire les deux en même temps! »
Revenir en haut Aller en bas
James Watt
Âge : 24 ans
Animal : Angelica et Marco (tortues), Nino ( chat calico)
Dortoir : Frida Kahlo

Devoirs en cours : - Un piège efficace ne se fait jamais tout seul [ Ft Prusse]
Devoirs terminés : - Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! (PV USA)
- Perdu en ville ( PV Grèce)
- Show me how to make himm say yes ! [ Ft Turquie]

Abandonnés

- Révélation à la plage [Feat North Italy, Seborga, Allemagne]

Relations : - North Italy, Serborga : Frères cadets
- Prusse : Petit ami
- Belgique BFF
- Colombie: Amie
- Malte: Cousine
- France : Ennemi n°1 .. à abattre !

avatar
South Italy
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Ven 17 Juil - 16:39



 




« De quoi ? »

Son regard continuait de fixer l'arme pendant encore quelques instants comme pour lui donner une réponse silencieuse à sa question.

« Baaah c'est mon pistolet ! Je l'ai toujours avec moi mais je sais pas si j'ai assez de balles pour me faire toute une meute, si on les énerve ils vont sans doute pas hésiter à venir nous massacrer dans l'eau, ou attendre qu'on en sorte. »


Presque l'unique chose qu'il retint de ses paroles était que l'américain avait toujours son pistolet sur lui. Étrange. A croire que ce dernier savait déjà avant leur départ qu’ils allaient faire naufrage. Lovino secoua la tête afin de chasser cette idée saugrenue de son esprit.


« T’as intérêt à en avoir assez capté ?! Sinon c’est moi qui t’en collerais une »

D’accord il n’allait certainement pas utiliser la violence contre lui au vu de la situation délicate dans laquelle ils se retrouvaient actuellement. Mais il n’hésiterait pas à lui hurler dessus. Comme ce fut le cas juste après.

« Hey, tu pourrais essayer de faire une distraction ? Faut les séparer sinon on va se faire massacrer en essayant de tuer tout ça. »

Comment s’était à lui de faire diversion alors qu’il n’avait strictement rien demandé ? Le latin secoua aussi bien la tête que ses bras pour donner une réponse négative. Lui tout ce qu’il voulait c’était passer la nuit tranquille et non servir de proie potentielle pour une meute de jaguars.

« Oh hé ! Pourquoi ça serait à moi d’faire diversion ?! C’est toi qui les a ramener ici alors tu t’en occupe point ! »

Mais c'est certain, il fallait les séparer de toute urgence. Parce que bon, il n’était pas évident de se débarrasser d'un de ces prédateurs alors toute une meute réunie ... autant dire que c’était mission impossible. Un soupire s’échappa de ses lèvres alors qu'il réfléchissait à une solution. Sa réflexion fut de courte durée puisqu'il se fit interpeller par l'américain. Il se retourna vers lui tout en lui adressant un regard noir.

« Alors t'as une idée ? Et me regarde pas comme ça ! C'est moi qui suit armé et qui sait me servir de mon arme alors c'est moi qui tire et toi qui fait diversion ! Je peux pas faire les deux en même temps! »

Ses yeux toujours braqués sur le blond, il ne put s'empêcher de le maudire intérieurement d'avoir été prévoyant en faisant ses bagages pour le voyage. Bien que d'autres armes n'auraient pas été du luxe. Mais maintenant c'était trop tard pour les regrets.

« Je cherche hein si t'es pas au courant ! P...Pis m’en fous si tu peux pas faire les deux ! Et … Et j’peux très bien tirer moi aussi j’te signale ! C’est pas si compliqué que j'sache !  »

Certes, il n'avait pas appris à tirer mais en quoi est-ce si difficile ? Tout ce qu'il avait à faire c'était retirer la sécurité, viser et appuyer sur la détente. Rien de bien sorcier à première vue.  


Code par Nyan-cat sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Lun 20 Juil - 9:28

Carnage


« Je cherche hein si t'es pas au courant ! P...Pis m’en fous si tu peux pas faire les deux ! Et … Et j’peux très bien tirer moi aussi j’te signale ! C’est pas si compliqué que j'sache !  »

Bon d'accord, l'Italien n'avait absolument pas envie de faire diversion. En même temps ça pouvait se comprendre, il risquait gros contre une meute pareil mais bon si ils ne faisaient rien la situation n'allait pas avancer !
Alfred soupira et décida de prendre les choses en main au vu de la lâcheté de son partenaire. Il tira une balle dans l'un des yeux d'un jaguar et ensuite partit en courant sur la plage et continua de leur tirer dessus jusqu'à ce qu'une partie le suive. Il avait réussit à en immobiliser plusieurs et donc si ils n'allaient pas vers l'Italien peu lui importait, Al courait de toute ses forces vers la forêt et chercha un arbre solide du regard. Si il arrivait à grimper sur l'un d'eux il aurait le temps d’immobiliser les autres avant qu'ils ne détruisent l'arbre.
En s'avançant un peu plus au cœur de la jungle il finit par en trouver un sur lequel il sauta avant de grimper à toute vitesse en hauteur.
Les jaguars rugissaient et essayaient de le faire tomber de l'arbre mais l'américain ne comptait pas se laisser faire.
Dire qu'il n'avait pas peur était un mensonge mais l'adrénaline coulait tellement dans ses veines qu'il n'y songeait même pas.
Il immobilisa les jaguars autour de l'arbre de la même manière qu'il avait fait avec les autres et ensuite retourna vers la plage afin de voir si ils étaient tous H.S ou si il devait s'en occuper.

Plusieurs jaguars essayaient de se faire l'Italien mais ne semblait pas trop vouloir approcher dans l'eau. Vu qu'il était mal placé, Alfred se rapprocha de Romano et ensuite se fit les jaguars qui hurlèrent d'agonie quand il toucha leur yeux. Mais bon au moins il ne suffisait plus qu'à les assommer et voilà c'était bon !
Une fois cela fait l'américain réfléchit ensuite à comment il pouvait les tuer, il allait laisser ceux dans la jungle tranquille il aurait suffisamment de viande avec ceux qui étaient présent.

«  T'as une idée de comment les tuer ? J'ai plus de balles et de toute façon je sais pas où est leur cœur. Je vais pas les griller direct quand même ? Enfin j'ai super faim après toute cette aventure alors j'aimerais bien manger au plus vite !  »

Alfred se réjouit de la délicieuse viande qu'il allait pouvoir manger et en avait presque l'eau à la bouche.

«  Enfin en tout cas c'était pas grâce à toi. Heureusement que je me suis bougé, MOI.  »
Revenir en haut Aller en bas
James Watt
Âge : 24 ans
Animal : Angelica et Marco (tortues), Nino ( chat calico)
Dortoir : Frida Kahlo

Devoirs en cours : - Un piège efficace ne se fait jamais tout seul [ Ft Prusse]
Devoirs terminés : - Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! (PV USA)
- Perdu en ville ( PV Grèce)
- Show me how to make himm say yes ! [ Ft Turquie]

Abandonnés

- Révélation à la plage [Feat North Italy, Seborga, Allemagne]

Relations : - North Italy, Serborga : Frères cadets
- Prusse : Petit ami
- Belgique BFF
- Colombie: Amie
- Malte: Cousine
- France : Ennemi n°1 .. à abattre !

avatar
South Italy
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Jeu 30 Juil - 7:11



 




Lovino resta dans l’eau, les joues légèrement gonflées. Non il n’irait pas faire diversion. Déjà il avait encore du mal à se faire au fait qu’il ai fait naufrage avec les autres, alors devoir courir pour séparer une meute de jaguars c’était juste trop. Ce fut presque la goutte qui fait déborder le vase.  Il observa toute la bagarre en restant à distance avant de se décider à se rapprocher un peu vers le rivage. Enfin pas trop près non plus vu qu'une petite bande de félins semblait l'y attendre de pieds, ou plutôt de pattes, fermes. Pas trop pour lui, il tenait encore à sa vie et se diriger vers le groupe serait comme signer son arrêt de mort. Heureusement que l’américain était venu l'aider ... ou plutôt le sauver.  Après quelques secondes durant lesquels le reste de la troupe fut mit hors d'état de nuire. Observant le tout, le brun ne se gêna pas pour sortir : 


« Bah tu vois ça aurait servi à quoi une patate d'diversion hein ?! » 

Son corps se détendit légèrement d'être moins en danger à présent. Pourtant, cela ne l'empêcha pas de fixer la meute qui reste était une partie assommée mais qui pouvait se réveiller à n'importe quel moment. Il fallait un moyen de les neutraliser et vite.

« T'as une idée de comment les tuer ? J'ai plus de balles et de toute façon je sais pas où est leur cœur. Je vais pas les griller direct quand même ? Enfin j'ai super faim après toute cette aventure alors j'aimerais bien manger au plus vite ! »

Les tuer ça ne lui posait pas vraiment de problème de conscience, c'était eux ou le reste de la meute. Et il avait plusieurs idées pour y arriver. Quant à les manger ... cela restait encore assez délicat et surtout étrange. Certes, il mourrait de faim mais il ce serait encore contenter de poissons ou de quelconques fruits qui devaient pousser sur l'île.  

«  On peut utiliser des bouts d'bois et les frapper plusieurs fois à la tête à moins qu't'ais un couteau avec toi pour directement les poignarder ou leur trancher la gorge ! Et tu compte sérieusement les griller ou c'est une sale blague ?! » 

L'italien se rapprocha de nouveau du rivage et cette fois jusqu'à la plage. Marchant sur la pointe des pieds il se mit à la recherche un bout de bois assez gros afin de pouvoir frapper à mort les jaguars endormis.

« Enfin en tout cas c'était pas grâce à toi. Heureusement que je me suis bougé, MOI. »  

Les sourcils du latin se froncèrent immédiatement. Il n'avait pas trop apprécier sa phrase, bien que cela n'était pas tellement faux.

«  Oh hé ! C'est toi qui les avait ramener idiot donc tu devais t'en occuper point ! »

Code par Nyan-cat sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Ven 31 Juil - 10:31

Second carnage en approche


 «  On peut utiliser des bouts d'bois et les frapper plusieurs fois à la tête à moins qu't'ais un couteau avec toi pour directement les poignarder ou leur trancher la gorge ! Et tu compte sérieusement les griller ou c'est une sale blague ?! » 

«  Nah, pourquoi j'aurai un couteau sur moi ? Et bien sûr que oui ! C'est de la viande, ça peut pas être mauvais.  »

L'Italien n'apprécia pas sa remarque sur le fait qu'il n'avait rien foutu mais Al se ficha totalement de sa réaction, il réfléchissait à comment tuer les jaguars et surtout à comment il allait pouvoir les couper ensuite. Il ne pouvait définitivement pas faire cela à main nu et son arme ne lui serait pas utile non plus. Finalement ça aurait été une bonne idée d'avoir un couteau mais il n'était pas censé savoir qu'ils allaient faire naufrage et il ne risquait pas d'en trouver sur cette île non plus. Que pouvait-il faire alors ?
L’américain partit voir les coquillages, peut-être que certain étaient coupants ? Malheureusement ils ne l'étaient pas assez et ceux qui avaient des pointes n'allaient pas être très facile à utiliser pour couper. Alfred réfléchit à une autre alternative, du bois pouvait être tranchant mais il doutait qu'il ne se casse pas contre la peau des jaguars, le mieux serait une sorte de métal mais comment pouvait-il trouver cela ici ?
Il fixa au sol en réfléchissant et soudain la solution vint d'elle-même dans son esprit, une pierre ! SI il en trouvait une assez tranchante, cela serait amplement suffisant !
L'américain fouilla les alentours à la recherche d'une pierre tranchante et après au moins une heure de recherche il finit enfin par trouver ce qu'il voulait. Il poussa un cri de joie avant de revenir vers les jaguars et de réfléchir à nouveau. Comment ça se découpait ?

«  Eh tu sais comment découper ça ? Enfin pour éviter de gâcher de la viande quoi. Mais bon à part les os je pense qu'on peut tout manger, c'pas comme les poissons dont certains sont empoissonné.  »

Bon déjà il n'en avait rien à faire de la tête alors il trancha celles-là en premier et ne fut pas le moindre du monde dégoûté par tout le sang qui sortait ainsi que les organes qu'il venait de trancher.

«  Bon alors tu sais comment faire maintenant ? Sinon tant pis je vais le faire au hasard. »

Et ça promettait un beau spectacle sanglant déconseillé aux âmes sensibles.
Revenir en haut Aller en bas
James Watt
Âge : 24 ans
Animal : Angelica et Marco (tortues), Nino ( chat calico)
Dortoir : Frida Kahlo

Devoirs en cours : - Un piège efficace ne se fait jamais tout seul [ Ft Prusse]
Devoirs terminés : - Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! (PV USA)
- Perdu en ville ( PV Grèce)
- Show me how to make himm say yes ! [ Ft Turquie]

Abandonnés

- Révélation à la plage [Feat North Italy, Seborga, Allemagne]

Relations : - North Italy, Serborga : Frères cadets
- Prusse : Petit ami
- Belgique BFF
- Colombie: Amie
- Malte: Cousine
- France : Ennemi n°1 .. à abattre !

avatar
South Italy
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Mer 5 Aoû - 20:48



 




«  Nah, pourquoi j'aurai un couteau sur moi ? Et bien sûr que oui ! C'est de la viande, ça peut pas être mauvais.  » 

Une grimace s'installa sur le visage de l'italien durant quelques instants. Malgré les affirmation d’Amérique il n’était toujours pas convaincu par la viande de jaguars. Bon c’était bel et bien de la viande mais à savoir si c’était bon ou non. Et surtout comment faire pour y manger sans se souvenir d'où cela vient  ? 

«  Bah vu qu't'as un flingue t'aurais très bien pu avoir aussi un fichu couteau ! Et j'suis pas convaincu qu'c'est bon ! » 

Restant encore un peu a distance par simple mesure de précaution, il observa la sanglante scène. Tout ceci grâce a une pierre coupante. C'est sur que c’était plus pratique avec, il aurait du y penser avant. 

«  Eh tu sais comment découper ça ? Enfin pour éviter de gâcher de la viande quoi. Mais bon à part les os je pense qu'on peut tout manger, c'pas comme les poissons dont certains sont empoissonné.  »

Là le blond venait de marquer un point. Les poissons empoissonnés. L'italien s'en voulait un peu d'avoir omis ce 'petit' détail. Bon au moins personne n'avait l'air d'être mort et ce malgré la poiscaille mangée plus tôt. Donc il n'y avait qu'un faible risque de tomber malade. Alors autant se rabattre sur la viande.

«  Mais bien sûr que j'sais comment on y découpe ! T'savais pas qu'il y avait un cours sur comment désosser un jaguar pour pouvoir le bouffer ? Nan ? Bah moi non plus bachibouzouk !  » 

Ah les sarcasmes ! Lovino était relativement bon avec, c’était son arme de prédilections avec les insultes pour pouvoir se défendre des autres. Enfin ils furent vite coupés court lorsqu'il le vit trancher la tête de l'un des félins. Son visage pâlit à la vu du sang qui s'écoulait du corps avant qu'il ne tourna le dos pour tenter de se recomposer.

«  Bon alors tu sais comment faire maintenant ? Sinon tant pis je vais le faire au hasard. » 

S'il avait compris ? Oh oui il avait parfaitement compris. Il fallait tout simplement tranché la chair  et ce peut importe si des tonnes de sang s'en échappait. Même s'il préférait honnêtement éviter que cela n'arrive.

«  Ça doit pas être si compliqué ! Déjà faut commencer par les pattes comme pour un poulet … ou une dinde …  » 

Il est certain que la comparaison est loin d’être la meilleure mais au moins elle pouvait sembler appropriée. 

Code par Nyan-cat sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   Mer 12 Aoû - 11:54

Préparation sanglante


 Dommage, Alfred croyait que Lovino savait comment faire, après tout ne se vantait-il pas de sa cuisine italienne ? En tout cas il lui avait dit de faire comme pour un poulet ou une dinde et de s'occuper des pattes en premier. Ce n'était pas bête, leur pattes ne devaient pas contenir beaucoup de viande.
Al s'occupa donc de trancher toutes les pattes de jaguars. En tout cas avec leur tête toutes coupées ils ne risquaient pas de jamais se réveiller alors ce problème là était réglé.
L'américain réfléchit pour la suite, leur jambes étaient puissantes et il devait y avoir de la bonne viande dedans, il les sépara toutes donc du tronc principal du corps avant de trier ce qui était mangeable ou non.
Il mit les jambes d'un côté et regarda ensuite ce qu'il restait, il y avait un bon nombre d'organes dedans qui ne se mangeaient pas et puis il y avait les os, sinon le reste devait être mangeable non ? Comme les dindes et poulet comme l'avait dit Lovino.
Le carnage continua donc et Alfred fit très attention à couper aux endroits où il sentait les os dans les jambes pour éviter de gâcher de la nourriture. Une fois cela fait il jeta les os dans un coin et fit face aux troncs où il enleva tout d'abord les os et ensuite explora de manière très sanglante ce qui restait afin d'enlever tous les organes et garder ce qui se mangeait.

Après avoir extrait tout ce qui était mangeable, Alfred était couvert de sang mais cela ne semblait pas le déranger. Il allait chercher du bois, BEAUCOUP de bois pour pouvoir faire chauffer une bonne partie de la viande et ensuite il se rendit compte qu'avoir les mains plein de sang était glissant alors il décida d'aller se « laver » un peu dans la mer. Il en ressortit quelques minutes plus tard beaucoup plus propre qu'avant d'y entrer et continua de préparer un bûcher pour la viande.
La cuisson allait prendre beaucoup de temps mais il n'avait plus rien à faire alors il pouvait désormais se reposer, il en avait bien besoin après cette course-poursuite avec les jaguars et avoir fait un effort mental extrême pour pouvoir les préparer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une île déserte ça n'a rien de paradisiaque ! [South Italy et Amérique]
» Survie sur l'île déserte
» Soirée Pirates à l'asso Griffon Rouge de Vitrolles le 29 mai
» Ka-boom Ka-boom [Leila]
» Une terre pas si déserte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hetalia World Academy :: Bac à sable :: Archives des événements :: Été 2015 - Koh-talia-